La GRC au Nouveau-Brunswick en bref

Le saviez-vous? Automne 2020

Infographique : Le saviez-vous? Automne 2020

Le saviez-vous?

  • La GRC au N.-B. emploie 1,240 personnesNote de bas de page 1
  • 854 membres réguliers
  • 386 employés civils
  • 36.8% des employés de la GRC au N.-B. sont des femmes, parmi elles, des membres réguliers.
  • 6.2% des policiers de la GRC au N.-B. sont Autochtones Note de bas de page 2
  • Exercice financier 2017-2018 : la GRC au N.-B. à dépense 157 millions $
  • La majeure partie de cette somme est réinvestie dans la province :
    • Les employés paient des taxes, ont des propriétés, achètent des biens et services, et donnent à des œuvres de charité :
    • La GRC achète de l'Equipment et des fournitures.

Les Policiers de la GRC

  • Enquêtent et mènent des opérations
  • Font des arrestations et portent des accusations
  • Patrouillent et font appliquer le code de la route

Les Policiers de la GRC doivent aussi

  • Se rendre sur les lieux de décès soudains
  • Enquêter sur les disparations
  • Répondre a des demandes en vertu de la loi sur la santé mentale
  • Témoigner en cour
  • Faire la liaison avec les élus locaux
  • Effectuer des vérifications de couvre-feu
  • Les appels urgents ou la présence de la police est nécessaire sont notre priorité. Les autres taches doivent parfois attendre, même si elles sont importantes. Les équipes de réponse téléphonique ou des enquêtes téléphoniques peuvent s'occuper des appels ne nécessitant pas la présence de la police.

Manquons nous de personnel ?

L'affectation des ressources dépend de la charge de travail et d'autres facteurs, et non d'un nombre minimum de policiers à respecter. Nous avons toujours assez de policiers pour répondre aux appels urgents et prioritaires et pour garantir la sécurité des policiers.

Comme tout autre employeur, la GRC doit planifier ses besoins en effectifs en tenant compte de congés parentaux, des congés de maladie et des vacances de ses employés

Voudrions-nous avoir plus de membres? Certainement! Nous pourrions en faire davantage, mais cela couterait plus cher.

Factures et budgets

Le ministère de la Sécurité publique du N.-B. accorde un budget a la GRC. La GRC doit offrir des services de police efficaces tout en respectant ce budget, mais elle ne facture pas les municipalités pour ses services. Pour toute question au sujet des couts des services offerts par la GRC, il faut s'adresser au ministère de la sécurité publique.

Garder un bon équilibre

Les collectivités veulent une présence policière accrue, mais elles veulent aussi faire baisser le cout des services de la police. Les deux ne sont pas possibles. Si on veut plus de services de la GRC et qu'on est prêt à payer davantage, il faut communiquer avec le ministère de la sécurité publique.

CSR rapports trimestriels

En raison de notre travail, nous ne sommes pas en mesure d'assister à toutes les réunions des conseils municipaux, mais certains membres sont toujours disponibles pour discuter des enjeux opérationnels avec les élus locaux. Les rapports de la GRC aux CSR fournissent des données uniformes et exactes conformément a la structure de gouvernance locale des CSR établie par le gouvernement provincial.

La sécurité publique, c'est l'affaire de tous. On peut tous contribuer à améliorer la sécurité en prenant des précautions, p. ex. en verrouillant ses portes et en communiquant avec la police pour signaler un crime ou une activité suspecte.

Intervention de la GRC apres une demande de service

Infographique : Intervention de la GRC apres une demande de service

Urgence

Tous les appels, urgents ou non, sont importants pour la GRC. Tout comme un hôpital, la GRC doit trier les appels pour garantir qu'on s'occupe des incidents les plus urgents en premier et qu'on utilise les ressources de la meilleure façon possible. Les membres du public peuvent aider au triage en communiquant avec la GRC de la bonne façon.

Les appels urgents reçus par l'entremise du 911 sont acheminés vers un centre de prise d'appels pour la sécurité du public (CPASP). Les appels opérationnels de la GRC sont reçus par la station de transmissions opérationnelles (STO) de la GRC.

Quand il ne s'agit pas d'une urgence, on peut se rendre dans un détachement de la GRC, téléphoner à un détachement de la GRC ou, en dehors des heures normales de bureau, composer le 1-888-506-RCMP (service en anglais) ou le 1-888-506-1GRC (service en français).

Tous les appels sont évalués afin de déterminer s'il s'agit d'une urgence. Lorsque c'en est une, des policiers sont envoyés pour mener une enquête, au besoin. Sinon, on détermine si un policier doit faire un suivi en personne. Lorsque celui-ci est nécessaire, on demande à des policiers de mener une enquête, au besoin. Sinon, le cas est aiguillé vers le Service d'intervention auxiliaireNote de bas de page 3.

Exemples d'appels urgents

  • Incidents avec morts ou blessés graves
  • Crimes graves en cours
  • Incidents où la vie d'une personne est en danger

Exemples d'appels non-urgents

  • Collision mineure sans blessé
  • Dossier ouvert à titre d'information seulement
  • Articles perdus
  • Piratage informatique, vol d'identité ou fraude téléphonique

Statistiques

  • En 2019, la GRC au N.-B. a reçu 124 094 demandes de service.
  • Parmi les demandes reçues, 14% ont été traitées par le SIA, permettant ainsi aux policiers de s'occuper d'autres cas.

Services de Police Spécialises de la GRC

Infographique : Services de Police Spécialises de la GRC

Le saviez-vous ?

Les SPS offrent des services de soutien opérationnel au personnel de première ligne de la GRC, ainsi qu'aux autres services de police de la province, à nos partenaires de la justice pénale et à certaines organisations nationales et internationales.

Les Services de Police Spécialises :

  • un investissement de 15 millions $ de la GRC
  • 114 spécialistes dans 21 domaines de compétence, prêts à être déployés en tout temps
  • GEE : 4 enquêteurs post-explosion, 5 experts en accès forcé à l'aide d'explosifs et 5 enquêteurs sur les explosifs artisanaux
  • GTI : 16 spécialistes de première ligne qui suivent 1 000 heures de formation tous les ans
  • EOST : 66 policiers de première ligne
  • Avion, hélicoptère, et drone du Service de l'air

Groupe des crimes majeurs

Enquête sur des :

  • homicides (cas nouveaux/non élucidés);
  • tentatives d'homicide;
  • disparitions et décès suspects;
  • cas d'intérêt public.

Section des chiens policiers

Offre du soutien :

  • détection : narcotiques/armes à feu/explosifs;
  • pistage de suspects/fouille du lieu d'un crime;
  • recherches et sauvetage.

Équipe de négociation en situation de crise

Déployée pour négocier :

  • enlèvement;
  • personne barricadée

Équipe des opérations tactiques spéciales

Spécialement formée :

  • interventions de maintien de l'ordre public et attroupements illégaux;
  • catastrophe d'origine naturelle ou humaine;
  • événements majeurs et patrouilles de sécurité dans la collectivité.

Service de l'identité judiciaire

Offre du soutien :

  • repérage, collecte, préservation de preuves matérielles;
  • analyses scientifiques et interprétation des preuves judiciaires;
  • création d'un portrait-robot, reconstitution d'un visage à partir d'un crâne, vieillissement/restauration de photo.

Groupe de l'enlèvement des explosifs

Offre du soutien :

  • désarmement/élimination d'engplosifs (artisanaux/autres);
  • inspection avant les visites de PDM (immeubles/véhicules);
  • désarmement/élimination d'explosifs commerciaux (non voulus/abandonnés/possédés illégalement).

Groupe intégré de la criminalité technologique

Spécialement formé :

  • soutien technologique (crimes à l'aide de dispositifs numériques);
  • analyse judiciaire de médias électroniques/dispositifs numériques;
  • interprétation de données numériques pour obtenir des renseignements criminels.

Équipe de récupération sous-marine

Offre du soutien :

  • recherches et repêchage;
  • récupération d'éléments de preuve.

Groupe tactique d'intervention

Déployé lors de situations à risques élevés :

  • cas de personnes armées barricadées;
  • certaines perquisitions et arrestations;
  • interventions aériennes/maritimes;
  • protection de PDM/témoins.

Groupe de lutte contre l'exploitation d'enfants dans Internet

Spécialement formé :

  • recherche proactive et réactive de prédateurs d'enfants;
  • aide aux enfants victimes;
  • identification des responsables, saisie de preuves électroniques et recommandation d'accusations;
  • opérations d'infiltration/enquêtes sur le partage de fichiers poste-à-poste;
  • enquêtes provinciales sur l'exploitation d'enfants et liaison avec des organismes nationaux et internationaux.
Date de modification :