Arrestation d’un homme à la suite de la saisie d’armes à feu fabriquées à l’aide d’une imprimante 3D

14 janvier 2022
Weyburn (Saskatchewan)

Communiqué de presse

Images

Carcasse inférieure d'une arme à feu fabriquée avec une imprimante 3D
Crosse fabriquée avec une imprimante 3D

Le 21 novembre 2021, l'Équipe de réduction de la criminalité de la GRC de la Saskatchewan a exécuté un mandat de perquisition dans une résidence de la 4e Avenue À Weyburn, en Saskatchewan en lien à une enquête en cours. Les policiers ont alors saisi des armes à feu, dont deux qui avaient été fabriquées à l'aide d'une imprimante 3D.

Le 11 janvier 2022, les policiers de l'Équipe de réduction de la criminalité ont arrêté l'homme.

Justin McMahon, de Weyburn, en Saskatchewan doit répondre des accusations suivantes :

  • fabrication d'une arme à feu à autorisation restreinte sans autorisation, article 99 du Code criminel;
  • fabrication d'une arme à feu prohibée sans autorisation, article 99 du Code criminel;
  • possession d'une arme à feu à autorisation restreinte avec des munitions facilement accessibles qui peuvent être utilisées avec celle-ci, sans être titulaire du certificat d'enregistrement de l'arme, article 95 du Code criminel;
  • possession d'une arme à feu prohibée avec des munitions facilement accessibles qui peuvent être utilisées avec celle-ci, sans être titulaire du certificat d'enregistrement de l'arme, article 95 du Code criminel;
  • possession d'une arme à autorisation restreinte sans être titulaire du certificat d'enregistrement de l'arme, par 91(1) du Code criminel;
  • possession d'une arme prohibée sans être titulaire du certificat d'enregistrement de l'arme, par 91(1) du Code criminel;
  • 2 chefs de possession non autorisée d'un dispositif prohibé sans être titulaire d'un permis qui l'y autorise, par. 91(2) du Code criminel.

McMahon comparaîtra pour la première fois à la cour provinciale à Weyburn le 8 mars 2022.

« Il est illégal de fabriquer une arme à feu sans permis d'armes à feu pour entreprise. Cette loi inclut la fabrication par des méthodes traditionnelles ou par autres moyens. Les armes à feu peuvent poser un risque à la sûreté des communautés et la GRC en Saskatchewan s'engage à les retirer de la circulation. Les pistolets fabriqués illégalement sont particulièrement préoccupants parce qu'ils n'ont pas de numéro de série. Ainsi, ils ne peuvent être retracés s'ils ont servi à commettre un crime » explique le s.é.-m. Scott Lambie, de l'Équipe de réduction de la criminalité de la GRC en Saskatchewan.

Le Service de police de Weyburn, l'Agence des services frontaliers du Canada et l'Équipe nationale de soutien à l'application de la Loi sur les armes à feu ont tous participé à l'enquête.

–30–

Date de modification :