La GRC et les autorités cubaines unissent leurs forces pour protéger les enfants

15 août 2018
Ottawa (Ontario)

Communiqué de presse

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le ministère de l'Intérieur (MININT) de la République de Cuba ont signé aujourd'hui un accord de coopération accrue afin de prévenir les infractions d'ordre sexuel impliquant des enfants et de lutter contre celles qui se commettent.

Une coopération forte, qui mise sur la communication et le partage d'information, entre les forces de l'ordre des pays d'origine et de destination est primordiale si l'on veut poursuivre les agresseurs sexuels d'enfants transnationaux qui autrement peuvent profiter de failles dans les champs de compétence et continuer de voyager pour avoir accès à des enfants et pour continuer de les exploiter sexuellement.

Bien que le Canada et Cuba aient déjà collaboré étroitement à des enquêtes, ce nouvel accord officialise leurs rôles et responsabilités respectifs et solidifie cet important partenariat.

Concrètement, cet accord facilitera l'échange d'information aux fins d'enquête sur des infractions d'ordre sexuel impliquant des enfants. Il permettra aussi à la GRC et au MININT :

  • de coordonner et d'exécuter des enquêtes conjointes ou en coopération;
  • de former et d'éduquer les représentants de l'application de la loi en matière de prévention et de lutte contre les crimes contre les enfants;
  • d'échanger des connaissances, des méthodologies, des pratiques exemplaires et des technologies.

Citations

« Les abus sexuels d'enfants transnationaux sont un problème mondial qui a des répercussions dans tous les coins du monde. Il s'agit de crimes intolérables qui ont des conséquences dévastatrices sur leurs victimes. Renforcer notre précieux partenariat avec Cuba nous aidera à poursuivre les agresseurs sexuels d'enfants, à mettre en place des solutions à long terme et à mieux assurer la protection des enfants. »

– L'honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

« La GRC est fière de conclure cette entente de travail afin de lutter contre les infractions d'ordre sexuel impliquant des enfants – un dossier parmi les plus importants pour nos deux pays. Cet accord renforce les fructueuses relations de travail établies depuis longtemps entre la GRC et la Police nationale de Cuba (MININT) afin de protéger les plus vulnérables de nos sociétés respectives et de traduire les agresseurs devant la justice. »

– François Bidal, Sous-commissaire par intérim des Services de police spécialisés, GRC

En bref

  • Il est prévu au Code criminel, aux paragraphes 7(4.1) et 7(4.11), qu'un citoyen canadien ou qu'un résident permanent du Canada peut être accusé au Canada d'une infraction d'ordre sexuel impliquant un enfant qui aurait été commise à l'étranger.
  • Le Canada a créé en 2004 son Registre national des délinquants sexuels. Celui-ci compte actuellement 48 350 inscriptions, dont 70 p. 100 sont des individus condamnés pour avoir commis une infraction d'ordre sexuel impliquant un enfant.
  • Le 1er décembre 2016, de nouvelles exigences de déclaration applicables aux délinquants sexuels inscrits (DSI) sont entrées en vigueur. Celles-ci obligent les délinquants sexuels trouvés coupables d'abus sexuels d'enfants à signaler à la police locale tout voyage à l'étranger. Par ailleurs, les nouvelles dispositions définissent les pouvoirs qu'ont la GRC et l'Agence des services frontaliers du Canada pour communiquer des informations sur des abuseurs d'enfants à risque élevé inscrits au registre.

Liens connexes

–30–

Date de modification :