Missions de paix

Le Canada déploie des policiers en mission de paix partout dans le monde depuis 1989. Près de 4 000 policiers canadiens ont été affectés dans plus de 33 pays, notamment au Soudan, au Kosovo, en Cisjordanie, en Haïti et en Afghanistan. Ils aident à rebâtir ou à renforcer les services de police dans les pays aux prises avec des conflits et des soulèvements. En participant à ces missions, le Canada s'engage à bâtir un monde plus sûr.

Pour les policiers, participer à une mission de paix est une occasion unique de contribuer à la sécurité publique dans les pays instables. De plus, cette expérience leur permet d'améliorer leurs compétences en leadership, en résolution de problèmes et en relations interculturelles. Tout cet apprentissage profite à leur organisme d'attache respectif et à la collectivité qu'ils servent.

Fonctionnement

Les demandes d'assistance policière proviennent d'organisations telles que les Nations Unies ou de pays étrangers. Les décisions relatives au déploiement des policiers canadiens sont prises dans le cadre de l'Arrangement sur la police civile canadienne (APCC), un partenariat entre Affaires mondiales Canada, Sécurité publique Canada et la GRC. L'APCC est destiné à permettre au Canada de tenir son engagement à bâtir un monde plus sûr grâce à la participation de la police canadienne aux opérations internationales d'instauration et de maintien de la paix, lesquelles sont capitales pour la viabilité de toute réforme de l'appareil de sécurité intérieure et des initiatives de prévention des conflits.

La GRC gère le déploiement des policiers canadiens, notamment :

  • en planifiant et en évaluant les missions;
  • en sélectionnant et en formant le personnel;
  • en fournissant un soutien tout au long de la mission.

Les policiers canadiens déployés à l'étranger proviennent de divers services de police, pas seulement de la GRC. Ces policiers peuvent jouer de nombreux rôles selon la mission, notamment :

  • formation, mentorat et surveillance
  • soutien d'élections libres et justes
  • enquête sur les violations des droits de la personne
  • intervention lors de crises humanitaires

Les policiers canadiens peuvent aussi être affectés à des équipes spécialisées dans les domaines suivants :

  • police de proximité
  • perfectionnement en gestion
  • criminalité majeure et organisée

La police canadienne contribue à changer les choses

Réconciliation : Le monument au maintien de la paix à Ottawa

Chaque année, le 9 août, le Canada célèbre la Journée nationale des Gardiens de la paix pour rendre hommage à tous les gardiens de la paix canadiens (militaires, policiers et civils) qui ont participé à des missions à l'étranger. Cette année a été une année sans précédent, la pandémie de COVID-19 ayant rendu difficiles les missions de paix partout dans le monde.

Mais, malgré les incertitudes liées à la pandémie, les gardiens de la paix canadiens continuent d'exercer leurs fonctions. Qu'ils soient en mission ou qu'ils travaillent à domicile, ils continuent de contribuer à bâtir un monde plus sécuritaire.

S'adapter à une nouvelle réalité

Les policiers canadiens ont une excellente réputation sur la scène internationale. Ils sont :

  • des experts dans leur domaine;
  • des leaders naturels;
  • professionnels;
  • dévoués.

La surintendante Trudy Bangloy, la commandante de contingent de l'opération PROTEUS, décrit la capacité d'adaptation de son équipe face à la pandémie.

« Nous nous occupons de tâches administratives. Nous sommes en contact chaque jour avec nos homologues palestiniens. Nous nous arrangeons du mieux que nous le pouvons, et nous nous adaptons si c'est nécessaire, explique la surint. Bangloy. Et pendant les périodes creuses, nous nous tenons occupés, tant mentalement que physiquement. Nous avons beaucoup de nouveaux jeux de société et d'appareils de conditionnement physique. Il y a même des cours d'entraînement en parcours et de yoga qui sont donnés. »

La police canadienne, dans le cadre de l'opération PROTEUS

Aide apportée à nos partenaires internationaux

Le surintendant principal John Robin avec la police nationale de l'Ukraine

La police canadienne aide à donner ou à redonner à des États la capacité d'assurer à leurs citoyens des services policiers efficaces et professionnels.

Le surintendant principal John Robin est le commandant de contingent en Ukraine. Il représentait le Canada au moment de livrer de l'équipement de protection individuelle, acquis par le gouvernement canadien, à la Police nationale de l'Ukraine (PNU).

« Toute aide, même la plus modeste, compte en cette période sans précédent, précise-t-il. La distribution de l'équipement de protection individuelle approprié à la PNU permet de prévenir la propagation du virus. Mais cela permet aussi de montrer aux membres de la PNU l'importance de la sécurité personnelle pour les agents d'application de la loi. »

L'encouragement est primordial, même à l'étranger

Il est important de faire en sorte que les femmes occupent tous types de postes et de fonctions au sein des missions de paix. Cela comprend les postes supérieurs et de leadership. Encore aujourd'hui, le Canada cherche activement à affecter des policières à des postes supérieurs.

« Comme haute gradée de la police participant à une mission, mon leadership donne aux autres femmes les moyens d'agir. J'amène aussi les hommes discuter de la question de l'égalité des sexes, souligne la surint. Marie-Claude Côté, conseillère principale en matière d'égalités des sexes pour la mission en Irak. Les fonctions que je remplis dans cette mission me permettent chaque jour de constater que je contribue à faire en sorte que les femmes et les hommes jouissent des mêmes possibilités dans la vie. »

La surintendante Côté croit qu'un geste qui ne touche qu'une seule personne peut aussi être bénéfique à toute la communauté.

La surintendante Marie-Claude Côté en Irak

Franchir de nouvelles étapes

La sergente Leanne Butler dans les Territoires palestiniens

Participer à une mission de paix peut être une expérience inoubliable. C'est une occasion formidable de travailler au retour de la paix et de la sécurité dans un pays étranger. Cette aventure peut aussi contribuer à l'épanouissement personnel et professionnel.

« Les opérations de maintien de la paix sont une expérience gratifiante et pleine de défis qui transformera votre vie », indique la sergente Leanne Butler, qui est affectée au Bureau de coordination de l'Union européenne pour le soutien de la police palestinienne (EUCOPPS) à titre de conseillère de la police auprès du Groupe de la protection de la famille. Elle est devenue la première policière à réussir le test de conduite de véhicules blindés dans cette mission.

« Ils sont agréables à conduire ces véhicules! Les policiers palestiniens ont dit qu'ils n'auraient jamais pensé de leur vivant voir une policière en conduire un. »

Élargir notre présence sur la scène internationale

Depuis 1989, plus de 4 000 policiers canadiens ont pris part à plus de 66 missions de paix à l'étranger. Le Canada affecte des policiers de services municipaux, provinciaux et régionaux ainsi que de la GRC. Ils sont envoyés pour former et accompagner leurs homologues ailleurs dans le monde.

L'expérience des agents qui y participent enrichit la contribution policière du Canada aux missions de paix internationales. Ils contribuent au développement d'institutions d'application de loi efficaces et professionnelles qui :

  • respectent les droits des femmes et des jeunes filles;
  • protègent celles-ci contre la violence, ce qui comprend la violence sexuelle;
  • répondent aux besoins de la population locale.

Dans l'adversité, nous continuerons à aider à rebâtir ou à renforcer les services de police dans les pays aux prises avec des conflits ou des soulèvements. En participant à ces missions, le Canada poursuit son engagement en vue de bâtir un monde plus sûr.

La cap. Kim Deniger interagit avec des enfants au Mali.

Lisez d'autres histoires inspirantes de nos policiers et policières en mission.

Date de modification :