Articles récents

Un gendarme en tunique rouge se penche pour parler à un jeune garçon devant la Tesla identifiée de la GRC.

La GRC passe aux véhicules zéro émission

La GRC a présenté sa Tesla zéro émission l'été dernier, aux Jeux écossais de Glengarry 2023. Crédit : GRC

Par

La GRC prend un virage qui mènera au remplacement des véhicules légers de son parc automobile par des véhicules zéro émission (VZE) d'ici 2035, dans la mesure où c'est faisable sur le plan opérationnel. Au début de 2023, les agents de deux de ses détachements ont commencé à utiliser la Tesla modèle Y, qui figure au nombre des véhicules à essayer.

Le Détachement de West Shore, en Colombie-Britannique, et l'Équipe d'intervention de Rideau Hall, en Ontario, ont été les premiers à mettre les nouveaux véhicules à l'essai au quotidien. Ces véhicules utilitaires sport (VUS) intermédiaires entièrement aménagés sont sur la route depuis janvier 2023, ce qui permet aux policiers de voir dans quelle mesure ils conviennent aux fonctions policières sur le terrain.

«Les agents semblent beaucoup aimer la Tesla», note le caporal Didier Thibault, chef de l'Équipe d'intervention de Rideau Hall, à Ottawa. «C'est toujours la première voiture qu'ils choisissent en arrivant. Certains se rendent même au travail plus tôt pour s'assurer de l'avoir.»

Les patrouilles qu'effectuent les membres de l'Équipe les obligent à passer une bonne partie de la journée dans leur véhicule, aux différents points de surveillance où ils s'arrêtent sur le domaine de Rideau Hall. L'ergonomie est donc très importante même s'ils roulent peu.

«La Tesla est plus ergonomique que notre véhicule de police normalisé, mais pour les membres corpulents ou de grande taille, elle offre moins d'espace qu'un gros VUS», reconnaît le caporal Thibault.

Accélérer la disponibilité

Les essais sur le terrain ont mis en lumière plusieurs facteurs qui aideront la GRC à progresser dans l'écologisation de son parc automobile.

Ils ont notamment permis de constater des problèmes liés à l'installation d'équipement de police dans des véhicules qui n'ont pas été conçus pour un usage policier. «Sur le marché canadien, on commence à peine à voir des VZE destinés à la police», souligne Andres Casimiri, gestionnaire du Programme national de véhicules de la GRC. «Il a donc fallu acheter au détail des véhicules ordinaires et confier les aménagements nécessaires à un fournisseur.»

Andres Casimiri reconnaît que cette façon de procéder exige plus de prévoyance et de ressources. Il estime toutefois que cela permet aussi de bien cerner les possibilités et les enjeux à prendre en compte pour s'assurer que les véhicules conviennent à un usage opérationnel.

Les premiers véhicules qui ont été livrés aux fins d'essai sont les Tesla. Un fournisseur y a ensuite installé l'équipement de police nécessaire. Au bout de neuf mois, ils étaient prêts à prendre la route. Le Programme national de véhicules attend la livraison des deux autres véhicules à tester, soit le Ford Mach-E et le Ford F150 Lightning. La GRC a aussi commandé le Chevrolet Blazer EV PPV, conçu pour un usage policier. Les nouveaux véhicules devraient être aménagés et prêts à essayer en 2024.

Prendre les défis de front

Bien que l'équipe chargée de piloter la migration vers des véhicules non polluants estime que le marché sera en mesure d'offrir des VZE conçus pour la police et adaptés aux milieux urbains, l'utilisation de tels véhicules pourrait s'avérer problématique dans les détachements éloignés, où les policiers doivent parcourir un immense territoire. L'équipe se penche encore sur les systèmes de recharge pour s'assurer que les infrastructures nécessaires sont en place dans ces régions. Elle recueille aussi des données sur les véhicules utilisés dans le Nord ou en région éloignée, afin d'évaluer les problèmes qui y sont associés et de garantir la sélection de VZE convenables.

Au Détachement de West Shore, en Colombie-Britannique, la durée de vie des batteries et l'autonomie des véhicules n'ont causé aucun ennui. «Pour la recharge, il suffit de brancher le véhicule en arrivant», dit le gendarme Mark Hall. «Le plus bas niveau de charge qu'on ait vu était d'environ 56 p. 100. Il est agréable de ne pas avoir à se soucier de faire le plein sur la route.»

Le passage aux VZE présente aussi un autre avantage évident : le fait de pouvoir dire adieu à l'essence signifie que, malgré leur coût d'achat plus élevé, ces véhicules permettent d'économiser sur les frais de propriété à long terme.

Poursuivre la route

Au fur et à mesure que la GRC avance en se laissant guider par les priorités de son plan Vision150 et au-delà et par la Stratégie pour un gouvernement vert du Secrétariat du Conseil du Trésor, elle doit encore prendre bien des facteurs en considération.

«Un virage technologique de cette ampleur peut changer notre façon d'aborder les opérations de patrouille», fait valoir Yves Madore, chef du projet de modernisation du parc de véhicules. «C'est pourquoi nous discutons de tous les aspects des fonctions opérationnelles de la GRC pour relever les améliorations nécessaires à la transition vers les VZE à technologie avancée.»

Date de modification :