Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Semaine 9 : Les pompes toujours l'ordre du jour

« Savoir encaisser les coups »

La Cour d’honneur et la chapelle de la GRC

21 août 2005

Cette dernière semaine a été épuisante physiquement : beaucoup de cours de conditionnement physique et de tactiques de défense policières, et souvent dans la même demi-journée. Lundi, nous avons commencé la journée et la semaine sur le mauvais pied : il n’est jamais recommandé de se présenter en retard au premier cours. (Par « nous », je veux dire que quelques-uns des membres de la troupe se traînent les pieds et font en sorte que c’est tout le groupe qui est pris à partie – tout est axé sur l’équipe.) Pour couronner le tout, nous avions été en retard pour le même cours le vendredi précédent. Comme il s’agissait d’un cours de conditionnement physique, la réprimande a pris la forme de pompes.

Au cours de tactiques de défense policières, nous avons commencé par des coups frappés. Comme mannequins d’entraînement, nous nous servons... de nous-mêmes! On nous fait tous porter des gants de boxe de 16 oz, un plastron qui protège la poitrine et le plexus solaire, un casque de mousse avec protecteur facial et, il ne faut pas oublier, le protecteur buccal (parce qu’un membre de la police montée édenté ne sera probablement pas aussi photogénique) pour nous faire travailler sur les diverses techniques en préparation pour les épreuves sur le ring la semaine prochaine. Davantage de douleur et d’agonie, mais probablement aussi divertissant que la boxe à la carte puisqu’on ne peut vraiment pas voir où l’on s’en va en portant tout cet équipement!

Pour poursuivre sur le thème de la douleur et de l’agonie, le revue du s.-m. tenu au début de la semaine fut une cérémonie qui n’en finissait plus en raison de la présence du Commissaire. L’inspection des rangs a pris beaucoup plus de temps qu’à l’habitude; nous avons donc dû rester au garde-à-vous pendant ce qui a semblé être une éternité. Le Commissaire était à Regina pour la passation de commandement et est tombé incidemment sur une revue du s.-m. ainsi que sur la dernière partie des cérémonies du crépuscule. Même si j’ai été prise d’étourdissements à deux ou trois reprises, j’ai été honorée de prendre part aux festivités en présence du Commissaire.

Notre troupe de grands frères en est maintenant à mi-parcours dans sa formation. C’est difficile à croire qu’ils ont déjà terminé 14 semaines. Le temps file à vive allure par ici. Malheureusement, certaines personnes n’arrivent pas à suivre le pas. Notre troupe de petits frères a déjà perdu un cadet lors du TAPE : il n’a pas réussi à terminer le circuit dans le délai prescrit de 4 min 45 s, ce qui nous a tous démoralisés.

Sur une note plus joyeuse, le week-end n’a pas été tellement chargé. J’ai ainsi eu la chance d’aller au centre-ville et dans les centres commerciaux en empruntant le transport en commun. Regina n’est pas une grande ville, mais il semble que peu importe l’endroit où l’on veut se rendre en autobus, il faut changer de circuit au moins une fois. Je réalise que ma voiture me manque. Bien sûr, compte tenu de la région d’où je viens, il aurait été impossible d’apporter un véhicule. On recommande fortement à tous les cadets provenant des provinces de l’est ou du nord du Manitoba de se rendre à Regina par avion! (Les faux frais ne seraient probablement pas remboursés dans le cas d’une personne qui décide de faire le voyage en voiture depuis, disons, la Division C / Québec.)

En tout cas, je dois maintenant me retirer et étudier en vue de notre première tentative au défi Galons jaunes qui s’en vient la semaine prochaine. Bien que cela puisse sembler anodin, ce sera probablement plus stressant qu’un examen. Le défi consiste en trois éléments : effectuer des mouvements d’exercice (tout ce que nous avons appris jusqu’à ce jour) et répondre à des questions sur les grades de la GRC (ordre et insignes) de même que sur l’histoire de la Gendarmerie, le tout en restant au garde-à-vous! On accorde une telle importance à ces galons jaunes qui descendent sur les côtés de notre pantalon, à croire qu’ils sont en or!