Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Stratégie de Réconciliation de la Division K (2019-2024)

flowers

Nous assistons à la naissance d’une nouvelle et persistante volonté de tourner la page sur le passé, pour que nous puissions bâtir un avenir plus solide et plus sain. Ainsi, le processus de vérité et de réconciliation, dans le contexte d’une réponse globale et exhaustive au lourd héritage des pensionnats indiens, vient donner une indication et une reconnaissance authentiques de l’injustice et des torts causés aux Autochtones et du besoin de poursuivre la guérison. Il s’agit effectivement d’un véritable engagement à établir de nouvelles relations reposant sur la reconnaissance et le respect mutuels qui construiront un avenir meilleur. La révélation de nos expériences communes aidera à libérer nos esprits et à ouvrir la voie à la réconciliation.

-Commission de vérité et réconciliation du Canada-

Contexte

La Division K de la GRC continue de nouer des liens solides, durables et respectueux avec les peuples autochtones de l’Alberta. La réconciliation vient paver la voie pour la reconnaissance des droits, le respect, la collaboration et le partenariat. C’est donc sur cette base que nous prenons l’engagement d’aller de l’avant pour mieux servir les communautés autochtones. Gagner la confiance des communautés autochtones de l’Alberta demeure une priorité absolue pour la GRC dans la Division K. La première étape consistera à écouter les voix des communautés que nous servons. La communication ouverte nous permettra de nous assurer que les besoins et les attentes de la communauté sont satisfaits. Le fait de servir comme les communautés le souhaitent nous permettra de renforcer les relations existantes et d’établir de nouvelles relations là où elles n’existent pas encore. C’est grâce à cette approche communautaire que nous aspirons à gagner la confiance des Premières Nations, des Métis et des Inuits.

Consultation

La Division K de la GRC travaille avec les Premières Nations visées par les traités numéros 6, 7 et 8, la Metis Nation of Alberta, le Metis Settlement General Council et l’Inuit Cultural Society pour explorer de nouvelles méthodes de collaboration et d’échange d’idées afin d’avancer de concert vers la réconciliation. Ces discussions représentent plus de 260 000 Autochtones vivant en Alberta.

Il s’agissait de discussions communautaires se voulant une réponse directe aux besoins et aux intérêts distincts et uniques de chaque collectivité des Premières Nations, des Métis et des Inuits de l’Alberta.

Les consultations menées portaient notamment sur les points suivants :

  1. Entretiens avec le Comité consultatif du commandant divisionnaire sur les Autochtones (CCCDA).
  2. Communication entre les Services de police indigènes (SPI) de la Division K et les partenaires autochtones.
  3. Présence à des séances d’information communautaires sur la réconciliation, organisées par des groupes autochtones.
  4. Entretiens avec les jeunes et les Aînés sur la réconciliation et la collaboration sur un terrain d’entente.
  5. Rencontre avec les dirigeants des Premières Nations visées par les traités numéros 6, 7 et 8, la Metis Nation of Alberta et le Metis Settlement General Council.
  6. Rétroaction : à l’aide des résultats de la consultation, nous avons élaboré une stratégie demandant à nos Aînés et à nos conseillers d’examiner et de confirmer notre compréhension de la réconciliation.
« Je suis heureux que vous soyez venus nous voir avec une page blanche et que nous allons bâtir cette stratégie de réconciliation ensemble. »

-Walter Sinclair, Aîné et ancien combattant métis,
Réunion du CCCDA, le 4 avril 2019-


Collaboration

Comme nous l’avons constaté à l’étape de la consultation, si nous voulons élaborer notre stratégie conjointement avec les partenaires autochtones, nous devons regarder notre histoire, notamment les activités et les comportements passés, comprendre nos forces et nos faiblesses et nous tourner vers l’avenir pour travailler ensemble à accroître la capacité et la confiance mutuelles. À partir des commentaires que nous avons reçus, nous avons créé une définition et une stratégie, ensemble.

Définir la réconciliation en tant que division :

La réconciliation consiste à admettre que nous avons une histoire commune et à accepter notre passé grâce à une éducation et à une sensibilisation continues. Nous nous efforçons d’établir des relations respectueuses où chacun a sa place, grâce à une communication ouverte et honnête. Ensemble, nous bâtirons un avenir plus fort et plus sain.


Objectifs de réconciliation

Comme nos Aînés nous l’ont suggéré, notre stratégie de réconciliation est fondée sur les enseignements de la roue médicinale. Les peuples autochtones utilisent ces enseignements depuis des générations pour la santé et la guérison. Ces enseignements représentent tous les aspects de la vie (spirituels, physiques, émotionnels et mentaux), de la nature et de l’humanité. La roue explique comment tout est relié et d’égale importance. Notre stratégie vise à trouver des solutions qui tiennent compte de ces enseignements pour nous aider à réaliser nos objectifs en répondant aux besoins des employés et des communautés que nous servons. Dans cette optique, nous nous efforcerons de rétablir et nouer des relations avec les communautés autochtones.

Objectif 1

Collaborer avec les partenaires du milieu pour nous assurer que des mesures de soutien qui tiennent compte de la dimension culturelle soient en place pour les victimes, les témoins, les délinquants et les agents de police.

Mesures spécifiques que nous prendrons pour atteindre cet objectif :

  1. Veiller à ce que le protocole sur la plume d’aigle soit en place pour les collectivités autochtones et les membres de la GRC. De la même façon que l’on utilise la Bible lors d’une affirmation solennelle, les personnes emmenées à témoigner en cour ou à signer des déclarations tiendraient la main sur la plume d’aigle tout en prêtant serment de dire la vérité.
  2. Augmenter l’utilisation des pratiques de justice réparatrice en investissant dans la formation et le soutien de nos employés et de nos partenaires.
  3. Programmes de sensibilisation culturelle propres aux communautés visées par les traités numéros 6, 7 et 8, les Métis et les Inuits, proposés dans diverses communautés autochtones.
  4. Création d’un document de protocole autochtone propre à la Division K de la GRC.


Objectif 2

Améliorer les possibilités de sensibilisation et d’éducation pour soutenir les efforts de réconciliation.

Mesures spécifiques que nous prendrons pour atteindre cet objectif :

  1. Les Services de police autochtones coordonneront et offriront une formation annuelle à tout le personnel.
  2. Appuyer, favoriser et offrir aux membres des occasions de participer à des événements autochtones comme les célébrations à l’occasion de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones, les remises de prix, les événements communautaires et les cérémonies.
  3. Développement de possibilités de formation sur les perceptions des Autochtones pour tous les membres de la Division, afin qu’ils se familiarisent avec l’histoire, la culture et les traditions uniques des peuples autochtones du Canada.
  4. Reconnaissance du territoire traditionnel
  5. Distribution du rapport annuel de la Section des services de police autochtones de la Division K de la GRC pour faire connaître le travail positif que nous accomplissons dans les communautés autochtones.


Objectif 3

Augmenter la représentation des Autochtones au sein de la Division K de la GRC.

Mesures spécifiques que nous prendrons pour atteindre cet objectif :

  1. Tirer parti du Comité consultatif du commandant divisionnaire sur les Autochtones pour continuer à fournir une orientation et un soutien aux enjeux qui touchent les Autochtones en Alberta.
  2. Améliorer le recrutement dynamique d’Autochtones pour joindre tous les rangs de la GRC.
  3. Créer des occasions de nouer le dialogue avec les jeunes Autochtones et de les soutenir, comme les comités consultatifs des jeunes, les centres de vacances pour adolescents et les cadets.
  4. Travailler au recrutement permettant la mise en place d’une troupe autochtone à la Division Dépôt.


Objectif 4

Accroître les efforts portant sur la mobilisation des collectivités autochtones.

  1. Restructurer la Section des services de police autochtones de la Division « K » de la GRC pour qu’elle soit mieux reliée aux dirigeants des traités et aux Métis. Cet objectif sera atteint par l’amélioration de l’effectif actuel et la décentralisation qui permettra de réduire les obstacles géographiques. Cela dégagera plus de temps pour l’engagement des communautés et renforcera les partenariats avec les communautés autochtones et les intervenants.
  2. Les membres de la GRC qui travaillent dans les communautés autochtones connaîtront leurs Aînés locaux et pourront solliciter leurs commentaires et leurs conseils au besoin.
  3. Intensification de l’utilisation du « modèle de carrefour » dans les communautés autochtones.
  4. Les nouveaux membres des services de police travaillant dans une communauté autochtone devront concevoir un projet CAPRA pour répondre aux besoins de cette collectivité.
  5. Participer aux discussions communautaires sur les découvertes et les prochaines étapes à prendre concernant les femmes autochtones assassinées et disparues.

Efforts de réconciliation à l'échelle nationale

En tant qu’organisation, la GRC comprend que la réconciliation est cruciale, compte tenu de la culmination du nombre d’« appels à l’action » de la Commission de vérité et réconciliation. La reconnaissance et les excuses pour les actions regrettables prises par le gouvernement fédéral et la GRC, la meilleure connaissance des Canadiens des peuples, des communautés et de la culture autochtones et le respect à leur égard, ainsi que les conclusions de l’Enquête sur les FFADA, tout cela exige que des mesures soient prises à l’égard de ces questions.

La commissaire Brenda Lucki s’est engagée à gérer la stratégie nationale de réconciliation de la GRC. Cette stratégie est fondée sur les valeurs fondamentales auxquelles adhèrent tous les employés de la GRC.

Prochaines étapes

Comment mesurerons-nous/définirons-nous le succès dans le cadre des objectifs de cette stratégie?

  • Renforcement de l’engagement envers les partenaires autochtones.
  • Identification et remise en question des préjugés systématiques ou procéduraux.
  • Élimination des préjugés à l’intérieur et à l’extérieur de notre organisation.
  • Supervision et mise en œuvre des changements dans la façon dont nous assurons le maintien de l’ordre dans les communautés autochtones, notamment en réduisant la criminalité et en établissant des partenariats pour revaloriser l’éducation, la prévention, l’intervention et le traitement afin d’assurer des communautés en meilleure santé.
  • Offre améliorée d’une éducation et d’une sensibilisation adaptées aux particularités culturelles.
  • Augmentation des services offerts aux communautés et aux partenaires autochtones.
  • Offrir à tous les employés la possibilité de participer à des activités et à des événements culturels.
  • Tous les employés participent aux efforts de réconciliation.

Nous ferons le point sur cette stratégie/approche pluriannuelle à la réconciliation tous les trimestres en continuant notre consultation avec les partenaires autochtones. Cette approche sera adaptée au besoin pour en assurer l’amélioration continue ou pour répondre aux préoccupations qui se présenteront à nous au fur et à mesure que nous progressons ensemble en toute confiance et de bonne foi.