Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Applications mobiles : Cinq questions que peuvent poser les parents pour protéger les enfants!

Article rédigé par le membre civil Jean Turner et le gendarme Aaron Sheedy – Gendarmerie royale du Canada, Division O (Ontario)

Les nouvelles technologies comme les applications mobiles peuvent être une façon amusante de rester en contact avec des amis et de faire de nouvelles connaissances, mais il est important de reconnaître que certaines applications ne conviennent pas aux enfants. Les parents doivent savoir que les fonctions astucieuses et amusantes de nombreuses applications sont aussi susceptibles de permettre à des délinquants adultes de profiter de nos jeunes. Comme c’est le cas pour toute nouvelle technologie, la première étape qui favorise l’utilisation sécuritaire d’Internet consiste à discuter de la question avec les jeunes.

Les parents ont avantage à connaître les capacités des applications qu’utilisent leurs enfants. Les applications changent fréquemment et sont souvent redéployées, dotées d’un nouveau nom et de nouvelles fonctions. Il est alors difficile pour les parents de maintenir à jour la liste de toutes les applications dont pourraient se servir leurs enfants. Par conséquent, nous présentons un aperçu général du fonctionnement de certaines des applications les plus connues et des risques qu’elles peuvent entraîner lorsqu’elles sont utilisées par de jeunes utilisateurs.

  1. À quoi sert l’application?

    S’agit-il d’un jeu? Est-ce un outil de communication ou un service? Des jeux de casse-tête au partage de photos, en passant par les listes d’épicerie interactives et le service téléphonique sans frais, les applications mobiles peuvent nous faciliter la vie et la rendre plus amusante. Elles peuvent aussi nous aider à rester en contact avec les autres par des moyens créatifs. Si vous envisagez de laisser votre enfant utiliser une application, demandez-lui d’abord à quoi elle sert et pourquoi il veut l’employer. N’oubliez pas que la majorité des applications ont des fins multiples, par exemple, il est possible de clavarder avec des amis tout en jouant à des jeux.

    Les risques : Il pourrait souvent arriver que les « amis » avec lesquels jouent vos enfants soient de parfaits étrangers. De plus, certaines applications sont sournoises et sont conçues pour inciter les utilisateurs à critiquer ou à diffamer d’autres personnes. D’autres applications ne sont tout simplement pas conçues pour les enfants, comme les applications permettant d’organiser des rendez-vous amoureux ou celles dont le contenu est sexuellement explicite. Pour connaître l’utilité d’une application, vous n’avez qu’à saisir son nom et à lancer une recherche dans Internet.

  2. Est-ce possible de faire des photos et des enregistrements audio et vidéo et de les partager au moyen de cette application?

    Les gens aiment faire des égoportraits et il n’y a rien de plus amusant que de communiquer avec les autres en partageant des photos et des vidéos. Acceptez-vous cependant que la photo de votre enfant soit partagée avec la terre entière? Il est important de comprendre où et comment la photo de votre enfant sera partagée, car ces connaissances vous permettront de décider du moment et du lieu où l’application pourra être utilisée. En général, il n’y a aucune raison valable pour que les enfants prennent, en privé, des photos avec leur téléphone. Il est toujours recommandé de ne pas permettre aux enfants d’apporter leur téléphone dans leur chambre ou aux toilettes. Faire parvenir par voie électronique une photo loufoque à un camarade peut être approprié, mais afficher cette photo sur un site Internet public pourrait ne pas l’être. De plus, il n’est pas rare que des fuites de renseignements personnels contenus dans les téléphones cellulaires se produisent. Après tout, ces téléphones ont été conçus afin de permettre l’envoi et la réception d’information!

    Le risque : Malheureusement, certains adultes réussissent à leurrer les enfants et à rendre ces derniers si à l’aise qu’ils partagent de l’information et des photos inappropriées. Il existe cependant des applications photo amusantes et éducatives, qui peuvent être sûres pour les enfants. Assurez-vous de connaître la raison pour laquelle une application demande une photo de votre enfant.

  3. Est-ce que l’application permet de faire le suivi de l’emplacement de l’appareil? Si oui, dans quel but?

    Il existe plusieurs façons de faire le suivi de l’emplacement d’un appareil. Le moyen le plus précis est le système mondial de localisation (GPS), qui arrive à cibler l’emplacement d’un utilisateur à quelques mètres près. Lorsqu’il est utilisé avec une application de cartographie routière, ce système est évidemment très utile pour vous aider à vous orienter. Certaines applications se servent de l’information obtenue par ce système pour indiquer la provenance d’un message, ce qui peut être très pratique puisque vous n’avez donc pas à saisir vous-même ces renseignements. En plus de réaliser cette fonction, les applications peuvent souvent afficher d’autres messages intéressants qui ont été produits à proximité du lieu où vous vous trouvez. D’autres applications se servent de l’information pour faire le suivi d’autres utilisateurs qui se trouvent près de vous et pour afficher ce que font d’autres personnes à proximité.

    Les risques : Lorsqu’un enfant utilise une application qui permet, pour un motif quelconque, d’afficher l’emplacement de l’utilisateur, de l’information concernant l’emplacement de la maison de l’enfant, de son école, du lieu où il suit des cours de danse et d’autres lieux qu’il fréquente régulièrement ainsi que l’heure à laquelle il s’y trouve pourrait être communiquée par inadvertance. Il serait alors très facile pour quiconque de savoir quand l’enfant n’est pas avec ses parents. Certaines applications se servent de l’information obtenue grâce au système de suivi pour faire parvenir les commentaires d’un utilisateur aux personnes qui se trouvent à proximité, ce qui peut rapidement mener à des cas d’intimidation. Plusieurs applications offrent également aux utilisateurs la possibilité d’avoir des rendez-vous amoureux peu sérieux avec des personnes qui se trouvent près d’eux. Si votre enfant utilise ces applications, ce pourrait être dangereux.

  4. L’application cherche-t-elle à exécuter des activités de façon anonyme ou secrète?

    L’anonymat en ligne est une arme à double tranchant. Un enfant qui a appris à protéger son identité en ligne peut avoir beaucoup de plaisir à clavarder et de nombreuses applications permettent que cette activité se fasse en toute sécurité. Il existe cependant tout un groupe d’applications conçues dans le but de cacher l’identité d’un utilisateur et les activités que les parents auraient avantage à connaître. Par exemple, certaines applications rendent possibles la création de zones secrètes sur un appareil ou la dissimulation de photos ou d’autres applications afin que les parents ne puissent pas les voir sur le téléphone de leur enfant.

    Les risques : Les applications qui facilitent l’établissement de liens anonymes entre les personnes sont souvent facilement exploitables par les cyberdélinquants potentiels qui peuvent se faire passer pour une autre personne. Pareillement, les enfants eux-mêmes sont plus enclins à prendre des risques et à envoyer du matériel inapproprié lorsqu’ils croient que le tout se fait en cachette et qu’aucun lien ne permettra de les identifier. Il a été prouvé à maintes reprises que ce qui est transmis au moyen d’Internet n’est que très rarement confidentiel. Il faut apprendre aux enfants à s’abstenir de publier quelque chose qu’ils ne souhaitent pas partager avec le monde entier.

  5. Question d’argent : L’application est-elle gratuite? L’utilisateur devra-t-il verser de l’argent pour l’application ou recevra-t-il de l’argent grâce à l’application?

    Il est important de ne pas oublier que la majorité des applications permettent à leurs créateurs de s’enrichir. Les créateurs gagnent de l’argent en vendant l’application ou en y affichant des annonces publicitaires à l’intention des utilisateurs. Plus une application est populaire, plus les créateurs exigent une forte somme des publicitaires. Certaines applications imitent la façon de faire des applications bancaires légitimes en permettant aux utilisateurs de recevoir un paiement ou de faire eux-mêmes des paiements en ligne.

    Les risques : Le contenu publicitaire peut être inapproprié ou être en conflit avec vos valeurs familiales, et ce, même lorsque l’application en tant que telle ne pose aucun problème. S’il s’agit d’un point qui est important pour vous, sachez que dans de nombreux cas, il est possible de désactiver la fonction qui permet la publication d’annonces publicitaires et d’accéder à des fonctions améliorées si vous achetez une application qui est normalement gratuite, ce qui coûte habituellement moins de cinq dollars. Parmi les autres risques, il y a les jeux qui permettent à l’utilisateur de faire des achats à partir de l’application. Les jeunes utilisateurs peuvent involontairement accumuler d’énormes factures en jouant à ces jeux s’ils ont accès aux renseignements qui figurent sur la carte de crédit de leurs parents. Si votre enfant a des applications bancaires ou d’autres services financiers sur son appareil, posez-lui des questions. Faites de même si quelqu’un lui fait parvenir de l’argent ou si votre enfant fait des achats en ligne que vous n’avez pas approuvés.

QUE PEUVENT FAIRE LES PARENTS?

Pour être en mesure de protéger leurs enfants, les parents doivent essentiellement être au courant de ce qui se passe; la première étape est donc de surveiller l’utilisation que font les enfants de leur appareil électronique et d’Internet. Les parents peuvent également prendre d’autres mesures préventives pour mieux protéger leurs enfants lorsque ceux-ci utilisent des ordinateurs et des applications mobiles :

  • Les parents devraient se familiariser avec les ordinateurs et les appareils mobiles qu’ils offrent à leurs enfants. Le fait de bien connaître la technologie sera très utile.
  • Veillez à installer les fonctions de contrôle parental avant de donner les appareils à vos enfants. 
  • Mettez toujours à l’essai les fonctions de contrôle intégré ou de contrôle parental téléchargé sur le téléphone ou l’appareil avant de le donner à votre enfant.
  • Dans la mesure du possible, vérifiez les paramètres sur les diverses applications pour vous assurer que l’information sur l’emplacement de votre enfant n’est pas communiquée à votre insu.
  • Il est recommandé aux parents de conserver tous les mots de passe des comptes de courrier électronique, des téléphones, des appareils et des applications de leurs enfants.
  • Il est également recommandé aux parents d’utiliser leurs propres justificatifs d’identité pour configurer le téléphone ou l’appareil. Ainsi, les enfants ne pourront télécharger des applications payantes sans fournir le mot de passe unique de leur parent. Ce truc très simple fera en sorte qu’aucune application ne pourra être téléchargée sur le téléphone de votre enfant sans votre autorisation.
  • Finalement, établissez des limites claires sur l’utilisation des appareils, discutez avec vos enfants et dites-leur que s’ils se trouvent dans une situation en ligne et ne savent pas quoi faire, la première étape consiste à parler à un adulte responsable présent dans leur vie.

Les jeunes seront plus susceptibles de signaler les dangers potentiels ou les problèmes si vous discutez fréquemment avec eux de la technologie et de la sécurité en ligne.

Visitez le site La sécurité sur Internet pour découvrir d’autres ressources précieuses dont des présentations, des documents et des outils d’apprentissage interactifs et d’autoévaluation.

Si vous craignez que votre enfant soit victime d’exploitation ou l’objet de matériel potentiellement illégal ou inapproprié, communiquez avec le service de police de votre localité ou  faites un signalement en ligne à la centrale canadienne de signalement Cyberaide.ca

Ressources connexes pour les parents, les enseignants et les organismes d’application de la loi :