Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Deux biens bloqués dans la région d’Ottawa

(Ottawa, ON - Le 14 janvier 2016) — Une opération policière conjointe, à laquelle participaient la Police provinciale de l’Ontario, le Service de police d’Ottawa (SPO) et le Groupe de la criminalité financière de la Division « O » du Détachement d’Ottawa de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), baptisée Projet ATTAR, a mené au blocage de deux biens appartenant au réseau Alkhalil. Le soutien fourni par le CANAFE (Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada) a joué un rôle important dans le cadre de cette enquête sur les produits de la criminalité. Hisham Alkhalil était le principal sujet visé par l’enquête, le « Projet Anarchy », qui a donné lieu en 2014 à des accusations portées contre neuf individus, à la saisie de 24,5 kg de cocaïne et au démantèlement d’un réseau de trafic de drogue établi à Ottawa.

Un des deux biens bloqués est un restaurant situé au 354, rue Olmstead, à Ottawa, et l’autre, situé au 175, promenade du Portage, abrite un bar à Gatineau. Leur valeur combinée s’élève à 1,4 million de dollars. Hisham Alkhalil a déjà fait l’objet d’une ordonnance de blocage rendue à la fin de janvier 2014 et visant un bien situé sur l’avenue Rossland, à Ottawa, d’une valeur approximative de 1,1 million de dollars.

L’enquête préliminaire de M. Alkhalil doit reprendre le 8 février 2016 à Ottawa, où il fait face à des accusations en matière de drogue.

Selon Ronald Lauzon, officier responsable intérimaire du Détachement d’Ottawa de la GRC : « Les groupes criminels organisés cherchent par tous les moyens à tirer profit de leurs activités illicites. Les groupes criminalisés impliqués dans le trafic de drogue usent de stratégies très rusées pour déjouer la police et cacher leurs fonds illicites. Le Projet ATTAR avait pour but de perturber plus sérieusement et de démanteler ce réseau de trafic de drogue sur le plan financier, et aussi d’empêcher la perpétration d’autres actes criminels. La collaboration entre les organismes d’application de la loi a été la clé du succès de cette enquête financière. »

L’inspecteur Mike Laviolette du Service de police d’Ottawa estime que : « Le crime organisé de cette nature est complexe. Il est impératif que les autorités policières se concentrent sur l’aspect financier en plus des activités de ces groupes, parce que c’est leur principale motivation.C’est en les privant de leurs gains financiers qu’ils sont véritablement punis pour leurs crimes. »

« La saisie des biens des personnes qui, en toute connaissance de cause, en victimisent d’autres est la prochaine étape dans le processus visant à rendre les criminels redevables de leurs actes. D’après les résultats, il est clair qu’il est non seulement souhaitable, mais impératif que les services de police continuent à travailler en collaboration pour repérer les criminels, enquêter sur eux et les arrêter », a affirmé le surintendant principal Rick Barnum, du Bureau de la lutte contre le crime organisé de la Police provinciale de l’Ontario.

La GRC participe activement à la lutte contre les produits de la criminalité en repérant, évaluant, saisissant, bloquant et confisquant les gains illicites provenant d’activités criminelles.Les réseaux criminels comme celui-ci cherchent à tirer profit de leurs activités illégales. Ces profits illicites contribuent à miner le bien-être économique et social des Canadiens et à accroître le pouvoir et l’influence des membres du crime organisé et de leurs entreprises illégales. 

Demandes de renseignements des médias :

SPO, section des relations avec les médias
Tél. : 613 236-1222, poste 5366
Twitter : @OttawaPolice
Facebook : OttawaPoliceService

Relations avec les médias de la Police provinciale de l’Ontario
Sergente Kristine Rae
Tél. : 613 285-5479

Relations avec les médias,
Division « O » (Ontario)
Sergente Penny Hermann
Tél. : 416 992-4409

GRC Site Web : GRC en Ontario
Twitter : @GRCONT
Facebook : GRC.Ontario
YouTube : RCMPGRCPOLICE