Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Centre national de coordination contre la traite de personnes

La GRC a créé le Centre national de coordination contre la traite de personnes (CNCTP) situé à la Direction générale à Ottawa.

Le Centre sert de point de liaison aux organismes d'application de la loi qui cherchent à réprimer les activités des personnes et des organisations criminelles qui se livrent à la traite de personnes.

Le CNCTP a cinq priorités :

  1. Élaborer des outils, des protocoles et des directives afin de faciliter les enquêtes sur la traite de personnes.
  2. Coordonner les initiatives nationales de sensibilisation, de formation et de lutte contre la traite de personnes.
  3. Établir et maintenir des voies de communication, cerner les problèmes exigeant une coordination intégrée et fournir un soutien.
  4. Former et entretenir des partenariats internationaux et coordonner des initiatives internationales.
  5. Coordonner le renseignement et faciliter la diffusion de l'information et du renseignement de toutes les sources.

Résumé des condamnations pour traite de personnes

En date de janvier 2017, le CNCTP avait recensé 401 affaires depuis 2005 pour lesquelles des accusations de traite de personnes avaient été déposées.

De ce nombre :

  • 382 sont des affaires nationales (majoritairement reliées à l'exploitation sexuelle)
  • 19 des affaires internationales (principalement reliées au travail forcé)
  • 115 ont été réglées en cour et ont donné lieu à des condamnations pour traite de personnes ou des infractions connexes (proxénétisme, vivre des produits de la prostitution, séquestration, tenue d'une maison de débauche, etc.)
  • 249 sont toujours devant les tribunaux (touchent environ 404 accusés et 353 victimes)

La peine la plus lourde infligée pour traite de personnes est de :

  • 23 ans d'emprisonnement pour fins d'exploitation sexuelle (reconnaissance de culpabilité par un juge)
  • 9 ans d'emprisonnement pour traite de personnes à des fins de travail forcé (plaidoyer de culpabilité)