Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Crime organisé

Crime organisé

QUELQUES DONNÉES

  • La Sous-direction du crime organisé de la GRC se compose du Groupe de l’infiltration, du Groupe de la protection des sources et des témoins et du Groupe de l’élaboration du Programme de lutte contre le crime organisé.
  • En 2002, l’opération Green Sweep a mené à la saisie de 190 000 plants de marihuana et à l’arrestation de plus de 500 personnes.

Aperçu

Le crime organisé au Canada est un problème complexe qui nécessite un large soutien et des efforts intégrés de la part des services d’application de la loi du pays.

La GRC lutte contre le crime organisé sous toutes ses formes en étroite collaboration avec ses partenaires.

Définition

Le crime organisé est l’une des cinq priorités stratégiques de la GRC.

Le Code criminel le définit comme étant un crime commis par un groupe composé d’au moins trois personnes et dont un des objets principaux ou une des activités principales est de commettre ou de faciliter une ou plusieurs infractions graves dont le motif premier est le profit.

Cette définition englobe un large éventail de groupes criminels, notamment les bandes de motards criminalisés (BMC), les organisations de souche asiatique, italienne et est-européenne et les réseaux de trafic de pornographie infantile, de fausses cartes de crédit et de télémarketing ou de courriels illicites.

Lutte contre le crime organisé

Le crime organisé est un problème d’envergure internationale qui ne connaît aucune frontière. Il est particulièrement difficile de lutter contre certaines organisations criminelles, qui semblent compter des ressources illimitées et participer à pratiquement n’importe quelle activité illégale qui leur procure un profit.

Se concentrant auparavant sur l’élimination de certaines activités, comme le commerce de la drogue, la contrefaçon ou la prostitution, la GRC cible aujourd’hui les groupes criminalisés en tant que tels. Les mesures tactiques ont toujours leur importance, mais on met dorénavant l’accent sur l’établissement des priorités afin d’optimiser les ressources.

Les BMC et les bandes de souche asiatique et italienne sont les priorités principales liées au crime organisé.

Face à ces organisations criminelles, la collaboration entre plusieurs organismes de différents territoires et domaines de compétence est essentielle pour la mise en commun des renseignements et la planification et la coordination des opérations. Grâce à des programmes et à des équipes comme les unités mixtes des produits de la criminalité (UMPC) et les équipes intégrées de la police des frontières (EIPF), la GRC collabore avec des partenaires du Canada et d’ailleurs en vue de mettre un frein au crime organisé.