Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Services Cynophiles

chien de police

EN BREF

  • Un chien peut fouiller une voiture en environ trois minutes.
  • Les chiens peuvent travailler pendant quatre heures, si on leur accorde des périodes de repos.
  • La GRC compte environ 170 équipes cynophiles au pays.
  • On estime qu’il en coûte 60 000 $ pour former un membre et dresser une équipe cynophile.
  • Il en coûte moins de 1 000 $ par année pour nourrir et soigner un chien de police.
  • En moyenne, les chiens de police travaillent jusqu’à l’âge de huit ans.
  • Les Services cynophiles de la GRC ont été les premiers au monde à former des chiens pouvant détecter du fentanyl sans danger.
Pour en savoir plus book

Aperçu

Entre 1908 et 1935, il arrivait que des membres utilisent des chiens appartenant à des particuliers pour leurs enquêtes. La création de la Section canine de la GRC en 1935 a été marquée par l’acquisition de trois bergers allemands : Black Lux, Dale of Cawsalta et Sultan. En 1937, le commissaire MacBrien, convaincu de l’utilité des chiens de police, a ordonné l’ouverture d’une école de la GRC pour les chiens et les maîtres de chien à Calgary. En 1940, la GRC a eu gain de cause pour la première fois grâce à des preuves trouvées par un chien.

Centre de dressage des chiens de police

Le Centre de dressage des chiens de police de la GRC a ouvert ses portes en 1965, à Innisfail (Alberta). Le personnel de dressage se compose d’un officier responsable, d’un sergent d’état-major gestionnaire de programme, d’un sergent d’état-major dresseur principal, de cinq sergents dresseurs, d’un sergent chargé des acquisitions, de deux caporaux pré-dresseurs et d’un personnel de soutien réunissant six employés de la fonction publique.

Chiens

La GRC n’utilise que des bergers allemands pure race en parfaite condition physique pour ses équipes affectées aux services généraux. D’autres races pourraient être utilisées pour des équipes spécialisées de détection.

Elle considère que ces races sont les plus indiquées pour le travail policier puisque les chiens sont adaptables, polyvalents, forts, courageux et capables de travailler dans des conditions climatiques extrêmes. On choisit généralement des mâles. Un chien qui commence le programme de dressage de la GRC n’a que 17 pour cent de chances de réussir en raison des normes élevées qui sont exigées.

Les chiens commencent le programme lorsqu’ils sont âgés de 12 à 18 mois. Le dressage de base dure environ 17 semaines, mais il ne prend jamais totalement fin puisque les chiens doivent s’exercer tous les jours pour demeurer aptes physiquement et mentalement. Les chiens et les maîtres de chien doivent prouver chaque année qu’ils répondent aux normes exigées pour le travail sur le terrain.

Maîtres de chien

Les maîtres de chien sont des membres réguliers qui se portent volontaires pour remplir cette fonction et qui répondent aux critères du processus de sélection. Bien que les compétences s’acquièrent avec la formation et l’expérience, les candidats doivent dès le départ pouvoir travailler avec les animaux et comprendre les instincts connus des chiens.

Fonctions

Parmi les responsabilités des chiens de police, mentionnons la recherche de personnes disparues, le pistage de criminels, la recherche de stupéfiants, de restes humains, de preuves sur les lieux de crimes et de biens perdus, la protection de personnes de marque, la maîtrise des foules (avec l’équipe anti-émeute), l’intervention dans des prises d’otage, la recherche et le sauvetage en cas d’avalanche et les relations entre la police et la communauté.

Décorations pour bravoure

Le matin du 31 août 1989, une épouvantable explosion de gaz a secoué un immeuble à Ottawa, endommageant lourdement sa structure. La partie qui tenait toujours risquait de s’écrouler à tout moment. La plupart des occupants de l’immeuble avaient pu être évacués en toute sécurité, mais des personnes étaient toujours coincées à l’intérieur.

Les secouristes sont intervenus rapidement et ont cherché attentivement des victimes coincées dans les décombres, malgré la menace d’une nouvelle explosion.

Le gendarme Joseph Guy Denis Amyot, maître de chien au détachement de l’aéroport d’Ottawa (Division A), n’était pas en service lorsqu’il a entendu parler de l’explosion au bulletin de nouvelles. Offrant ses services et ceux du chien de police Jocko, il est entré dans l’immeuble en compagnie du capitaine Gerard Patry, du Service des incendies d’Ottawa, pour chercher des victimes coincées. Malgré le danger, ils ont cherché dans la partie la plus endommagée de l’immeuble un garçon qui devait plus tard être retrouvé vivant dans les décombres.

Pour son courage et son professionnalisme, le gendarme J.G.D. Amyot s’est vu remettre une citation du Commissaire pour bravoure. Le capitaine G. Patry du Service des incendies d’Ottawa a reçu une citation du Commissaire à un civil pour le courage dont il a fait preuve et l’assistance qu’il a apportée au gendarme Amyot.

Pour de plus amples renseignements, veuillez voir le site web des Services cynophiles .