La GRC arrête des fraudeurs

14 février 2020
Milton (Ontario)

Communiqué de presse

Images

Les articles saisis dans le cadre de l'enquête liée au projet Octavia de la GRC comprennent : de l'argent liquide, un compteur d'argent, des bijoux et des enveloppes emballées.
Les articles saisis dans le cadre de l'enquête liée au projet Octavia de la GRC comprennent : de l'argent liquide, un compteur d'argent, des bijoux et des enveloppes emballées.

Le mercredi 12 février, des membres du Groupe de la criminalité financière de la région du grand Toronto (RGT) de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Détachement de Toronto – Ouest, à Milton, en Ontario, ont arrêté et inculpé deux (2) personnes en lien avec diverses arnaques transnationales, notamment l'escroquerie téléphonique liée à l'Agence du revenu du Canada (ARC), ainsi que des arnaques liées à des enquêteurs de banques et à du soutien technologique.

En octobre 2018, le Groupe de la criminalité financière de la région du grand Toronto de la GRC a lancé une enquête appelée projet OCTAVIA.

Cette enquête visait à lutter contre l'arnaque fiscale téléphonique liée à l'ARC, mieux connue sous le nom d'arnaque liée à l'ARC, au moyen de la sensibilisation du public, de son interruption et de l'application de la loi.

Dans le cadre de cette escroquerie, les appelants s'identifiaient comme des représentants de l'ARC ou de la GRC et, plus tard, d'autres organismes du gouvernement fédéral, puis ils intimidaient les victimes en vue de les inciter à payer des amendes ou des impôts inexistants.

L'escroquerie liée à l'ARC, qui est menée à partir de l'Inde, cible le public canadien depuis 2014 et, malgré un certain nombre de descentes policières dans des centres d'appels illégaux situés en Inde, elle continue de faire des victimes parmi les Canadiens.

Entre 2014 et 2019, l'escroquerie liée à l'ARC a entraîné des pertes totales cumulatives de plus de 16,8 millions de dollars pour les victimes. Si l'on inclut les arnaques liées à des enquêteurs de banques et à du soutien technique, le total des pertes déclarées par les victimes dépasse les 30 millions de dollars.

L'escroquerie a aussi semé la peur en raison de la menace d'arrestation proférée par les fraudeurs, qui prétendent œuvrer au sein de divers organismes gouvernementaux canadiens. Par conséquent, les Canadiens sont devenus méfiants, même lorsque l'ARC tente d'établir un contact légitime.

Les enquêteurs de la GRC ont découvert des « mules » et des « gestionnaires de mules » qui œuvrent au Canada en vue de contribuer à blanchir des fonds obtenus au moyen de l'escroquerie liée à l'ARC et d'autres escroqueries.

Gurinderpreet Dhaliwal, 37 ans, et Inderpreet Dhaliwal, 36 ans, de Brampton, sont tous deux accusés des infractions suivantes au Code criminel :

  • un chef d'accusation de fraude de plus de 5 000 $;
  • un chef d'accusation de blanchiment de produits de la criminalité;
  • un chef d'accusation de biens criminellement obtenus.

Les Dhaliwal ont été libérés sur engagement et doivent comparaître devant la Cour de Brampton le 2 mars 2020.

De plus, un mandat d'arrestation a été lancé dans l'ensemble du Canada contre Shantanu Manik, âgé de 26 ans, un étranger dont on croit qu'il se trouve en Inde.

D'autres arrestations et accusations pourraient être portées à la suite de cette enquête.

La Division « O » de la GRC souhaite également remercier les organisations suivantes pour leur aide : le Centre antifraude du Canada (CAFC); les analystes du renseignement de la GRC; le Bureau de liaison de la GRC à New Delhi; l'Agence du revenu du Canada (ARC); l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC); le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE); les autorités étrangères, y compris le Bureau central des enquêtes de l'Inde; les autorités américaines basées en Inde et les services de police provinciaux et municipaux partout au Canada.

« Cette enquête démontre que la GRC veille à ce que les Canadiens puissent garder confiance en leur économie et en leurs organismes gouvernementaux. La GRC et ses nombreux partenaires continueront de travailler ensemble pour démanteler ces organisations, a déclaré l'inspecteur Jim Ogden, officier responsable du Groupe de la criminalité financière de la région du grand Toronto, Détachement de Toronto – Ouest, à Milton, en Ontario. Le projet Octavia est la preuve que les efforts des organismes d'application de la loi, d'autres organismes gouvernementaux et de leurs partenaires du secteur privé à l'échelle locale, nationale et internationale peuvent combattre le crime de manière efficace. »

Si quelqu'un vous demande des renseignements personnels ou bancaires par téléphone, raccrochez et signalez l'activité au Centre antifraude du Canada. Si l'appelant vous menace ou menace votre famille, raccrochez et communiquez avec votre service de police local. Si vous recevez un courriel ou un message texte comportant des demandes de versement d'impôts douteuses et vous exhortant à cliquer sur un lien pour soumettre des renseignements, n'interagissez pas et signalez l'incident au Centre antifraude du Canada par l'intermédiaire de son site Web à l'adresse www.antifraudcentre.ca, ou par téléphone au 1 888 495-8501.

–30–

Contactez-nous

Sgt. Penny Hermann
Relations avec les médias, Division « O » de la GRC
Téléphone : 905 876-9571
Cellulaire : 416 992-4409
Courriel : media.relations.rcmp-Ontario-relations.medias.grc@rcmp-grc.gc.ca

Twitter : @GRCONT
Facebook : GRC.Ontario
YouTube : GendarmerieroyaleduCanada
Site Web : GRC en Ontario
Instagram : grcontario

Date de modification :