La GRC et le Conseil jeunesse du premier ministre conviennent que la résilience personnelle est essentielle pour lutter contre la radicalisation de la jeunesse

1er novembre 2018
Toronto (Ontario)

Avis aux médias

Images

RCMP Commissioner Brenda Lucki, Superintendent Lise Crouch and Sergeant Param Dhillon attended the most recent meeting of the Prime Ministers Youth Council to discuss radicalization of youth. (Photo courtesy of Government of Canada Youth Secretariat)
RCMP Commissioner Lucki fully engaged in discussion with a member of the Prime Ministers Youth Council. (Photo courtesy of Government of Canada Youth Secretariat)

Le dimanche 21 octobre 2018, la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a eu le privilège de rencontrer le Conseil jeunesse du premier ministre, à Toronto.

Conseil jeunesse du premier ministre est un groupe de jeunes Canadiens qui fournit des conseils impartiaux au premier ministre et au gouvernement du Canada. s membres du Conseil se réunissent virtuellement et en personne plusieurs fois par année pour discuter des questions d'intérêt pour eux et pour tous les Canadiens.

a invité la GRC à participer à une discussion de groupe sur la lutte contre la radicalisation des jeunes avec Ritu Banerjee, directeur principal du Centre canadien d'engagement communautaire et de prévention de la violence, à Sécurité publique.

« On ne pouvait pas rater l'occasion de recueillir les commentaires des jeunes et de savoir ce qu'ils pensent de la lutte à la radicalisation », a indiqué la surintendante Lise Crouch, responsable adjointe des enquêtes criminelles, Division O (Ontario), Sécurité nationale. « L'approche adoptée par le Groupe de la mobilisation des communautés (GMC) de l'équipe intégrée de la sécurité nationale (EISN) à la Division O, pour lutter contre la radicalisation des jeunes, doit être conforme aux besoins et à la réalité de ceux-ci. »

La surintendante Crouch et la sergente Param Dhillon du GMC ont participé à la rencontre avec la commissaire pour recueillir des commentaires et communiquer leur stratégie à l'égard des difficultés auxquelles les jeunes font face pour instaurer et conserver leur résilience personnelle, qui est un critère essentiel de la lutte à la radicalisation menant à la violence.

La GRC était heureuse d'entendre que les jeunes étaient du même avis que les membres du GMC, c'est-à-dire que la résilience personnelle doit être l'élément central de l'élaboration de leur stratégie de prévention et d'intervention.

Les jeunes leaders qui ont participé à la discussion de groupe ont parlé de l'importance de la prévention au stade précriminel, de la mobilisation des jeunes, des familles et des collectivités et du soutien aux initiatives dirigées par la collectivité comme perspective d'avenir et approche appropriée à adopter.

« J'ai été impressionnée par le groupe de jeunes présents à la rencontre. Leur enthousiasme et leur réel intérêt pour les questions importantes qui nous touchent tous étaient inspirants », a indiqué la commissaire Lucki. « Je suis très reconnaissante d'avoir pu connaître leur point de vue et apprendre d'eux. »

La corrélation entre « résilience personnelle » et « résilience nationale » a bien été saisie par le groupe de jeunes leaders. Le dialogue qui s'est tenu entre la commissaire Lucki et le Conseil a permis de réaffirmer l'orientation stratégique de la GRC sur la résilience personnelle et les efforts d'engagement communautaire en matière de prévention et d'intervention dans les régions du Grand Toronto et du Sud‑Ouest de l'Ontario. Nous sommes en voie de réduire les risques de radicalisation menant à la violence chez les jeunes et nous atteindrons des objectifs à long terme pour les jeunes Canadiens.

–30–

Contactez-nous

Caporale Louise SAVARD
Relations avec les médias, GRC
GRC, Division « O »
905 876-9709

Site Web : GRC en Ontario
Twitter : @GRCONT
Facebook : GRC.Ontario
YouTube : RCMPGRCPOLICE

Courriel : media.relations.rcmp-Ontario-relations.medias.grc@rcmp-grc.gc.ca

Date de modification :