Vol. 79, Nº 4Les faits

Clavier d'ordinateur avec des pictogrammes « homme » et « femme » et un cœur brisé.

Stratagèmes de rencontre

Par

Les sites de rencontre sont des terrains de chasse pour les fraudeurs qui courtisent des victimes sans méfiance. Celles qui se font piéger ont souvent versé des milliers de dollars avant de se rendre compte de la duperie. Cette fraude a augmenté rapidement, les sites de rencontre étant de plus en plus populaires, menaçant les personnes en quête d'amour partout dans le monde.

  • Pour exécuter ces stratagèmes, les fraudeurs utilisent de faux profils avec photos volées sur un site de rencontre ou de réseautage social afin d'attirer des victimes potentielles dans une relation. Après avoir créé un lien de confiance, ils demandent de l'argent ou des renseignements bancaires, selon le Centre antifraude du Canada (CAFC).
  • En général, les fraudeurs vivent à l'étranger. Ils demandent de l'argent afin de couvrir les frais de voyage pour rencontrer leur nouvel amoureux (mais n'arrivent jamais) ou inventent des tragédies, des problèmes médicaux ou autres difficultés pour obtenir de l'argent, selon le FBI.
  • Afin de gagner la confiance et l'affection des victimes, ils envoient des cadeaux, des fleurs et des marques d'amour pour prouver leurs bonnes intentions. Habituellement, plus la confiance est solide, plus la victime perd d'argent, selon la GRC.
  • Ces relations peuvent durer des années et coûter aux victimes jusqu'à des centaines de milliers de dollars. Une femme de Toronto a perdu plus de 450 000 $ sur une période de sept ans. Ce cas fait l'objet d'une enquête par la police de Toronto.
  • En 2016, plus de 750 Canadiens ont perdu plus de 17 M$, soit environ 23 000 $ par victime, selon la GRC.
  • Il s'agit du stratagème le plus lucratif dans Internet d'après les statistiques du CAFC pour 2016. La fraude électronique (fausses demandes par courriel) et le vol d'identité sont respectivement deuxième et troisième sur le plan des pertes financières par des Canadiens.
  • Malgré cela, les stratagèmes de rencontre sont au 16e rang pour le nombre de plaintes signalées au CAFC – 1 146 plaintes et 774 victimes en 2016.
  • Selon les données du CAFC, les pertes d'argent dues à ces stratagèmes ont augmenté en cinq ans – de 12 M$ en 2011 à 17 M$ en 2016.
  • Le nombre d'incidents signalés est probablement très inférieur au nombre réel – la honte, la peur d'être ridiculisé et le déni font que de nombreuses victimes n'en parlent à personne.
  • La plupart des fraudeurs vivent au Nigéria et au Ghana, mais aussi en Malaisie et en Angleterre où on trouve de grandes communautés d'Afrique de l'Ouest, selon le FBI.
  • Ils ciblent généralement des personnes plus âgées, célibataires et vulnérables sur le plan émotif. La majorité des victimes ont dans la quarantaine et la cinquantaine, selon la GRC.
  • En 2015, le FBI a reçu 9 890 plaintes de victimes âgées de 40 à 60 ans, comparativement à seulement 2 373 victimes âgées de 39 ans ou moins.
  • D'après les données de Scamwatch de l'Australian Competition and Consumer Commission, tant les hommes que les femmes sont susceptibles d'être victimes de ces stratagèmes.
  • Toutefois, les rapports de Scamwatch indiquent que les Australiennes ont perdu plus d'argent (12 000 $ en moyenne) que les Australiens (7 000 $ en moyenne).
  • Si vous croyez avoir été victime d'un stratagème de rencontre, la GRC vous recommande de communiquer avec votre banque pour interrompre le paiement de tout chèque ou virement, de signaler l'incident au service de police local et d'aviser le CAFC.
Date de modification :