Vol. 78, Nº 1Les faits

Enfant sur la balançoire avec une figure d'ombre en face de lui.

Enlèvement d’enfants

Il n'y a rien de plus terrifiant pour un pa-rent que l'idée que son enfant soit enlevé. Les statistiques montrent que les risques d'enlèvement par un étranger ont été gonflés – il est bien plus probable qu'un enfant soit enlevé par un de ses parents. Certains sont enlevés à l'étranger, ce qui est particulièrement tragique et complique la situation.

  • L'enlèvement comprend le déplacement ou la détention non autorisé d'un enfant – notamment, leurrer ou forcer un enfant à quitter son domicile ou son école.
  • En 2014, il y a eu 41 342 signalements d'enfants disparus au Canada selon la GRC; 122 étaient des enlèvements par un parent, seulement 29 par un étranger.
  • De 1987 à 2014, le nombre d'enfants portés disparus par année au Canada a diminué de plus de 15 000 selon le CIPC.
  • Entre 2003 et 2012, 64 alertes Amber ont été émises au Canada concernant 73 enfants enlevés. De ce nombre, 70 ont été retrouvés sains et saufs.
  • Recommandations de John Rabun, expert américain en enlèvement d'enfants : verrouiller les pouponnières, surveiller les entrées par caméras en CCTV et doter les bébés de bracelets électroniques à la cheville. Les hôpitaux du Québec examinent la possibilité de mettre en œuvre ce système dans leurs pouponnières.
  • On signale la disparition de plus de 460 000 enfants par année aux É.-U., selon le National Center for Missing and Exploited Children. Dans 97 p. 100 des cas, l'enfant est rapidement retrouvé.
  • Moins d'un enlèvement sur quatre est perpétré par un étranger. Généralement, le ravisseur est le parent qui n'a pas la garde, selon l'Office of Juvenile Justice des É.-U.
  • On indique également qu'un enfant sur quatre enlevés par un parent ou un membre de la famille est assassiné par celui-ci.
  • De tous les enfants portés disparus aux É.-U., le ministère de la Justice affirme que 99,8 p. 100 sont retrouvés sains et saufs. Dans presque tous les cas, ils n'ont pas été enlevés – ils ont fugué ou se sont perdus.
  • Selon une étude de 1997 du procureur général de l'État de Washington, seulement une centaine d'enfants américains sont enlevés par des ravisseurs violents chaque année, mais 74 p. 100 d'entre eux risquent d'être tués dans les trois heures suivant leur enlèvement.
  • La Poly Klaas Foundation (É.-U.) conseille aux parents de faire prendre les empreintes digitales de leurs enfants et de les donner à la police en cas d'enlèvement par un étranger.
  • L'expert américain en sécurité des enfants Gavin De Becker affirme que les enfants sont bien plus à risque de faire une crise cardiaque que d'être enlevés par un étranger.
  • La Convention de La Haye sur les enlèvements signée par 93 États est un traité multilatéral qui assure le retour rapide des enfants qui ont été enlevés de leur pays de résidence, généralement par un parent, et amenés dans un autre pays.
  • Le Japon a souvent été la destination des ravisseurs d'enfants à l'étranger, principalement en raison du système de justice qui traite la garde comme une question privée et de l'absence d'intervention dans les conflits internationaux de garde d'enfants. Des signalements d'enfants enlevés généralement par un parent et amenés au Japon proviennent de l'Australie, de la France, du Canada, du R.-U. et des É.-U.
  • Une enquête mondiale sur les enlèvements internationaux (Convention de La Haye) a démontré que 68 p. 100 des parents ravisseurs sont des mères qui amènent leurs enfants à l'étranger.

— Rédigé par Eric Stewart

Date de modification :