Vol. 79, Nº 1Reportages

Un homme débite une carcasse.

Après le diplôme

La formation pratique sert la réussite des nouveaux membres

En montrant à des jeunes comment débiter un orignal, le gend. Adam Peter-Paul, moniteur au programme de formation pratique, montre au gend. Jason Gauthier comment faire du travail de police communautaire. Crédit : Gend. Jason Gauthier

Par

Accroupis parmi des arbres, à la pointe du jour, des jeunes et des adultes de la communauté Mi'kmaq et des policiers de la GRC parlent stratégies de chasse à l'orignal devant un déjeuner. Des murmures excités parcourent le groupe hétéroclite de chasseurs réunis par le nouveau gendarme Jason Gauthier et son mentor, le gendarme Adam Peter-Paul.

« Les jeunes se plaignaient de n'avoir rien à faire dans la communauté, explique le gend. Gauthier, au service de la Première nation Elsipogtog, au N.-B. Nous avons voulu offrir une activité où jeunes et adultes se retrouveraient et se rapprocheraient. »

Avec l'aide du gend. Peter-Paul, le

gend. Gauthier a organisé l'expédition avec des membres de la réserve afin d'améliorer les relations dans la communauté. La chasse faisait partie du projet final du gend. Gauthier pour réussir sa formation pratique de la GRC, dernière étape avant d'être admis au travail opérationnel.

Après six mois de formation pratique, l'organisation de l'expédition couronnait tout ce que le gend. Gauthier avait appris à ce jour. C'était la dernière étape à franchir pour devenir un policier de la GRC à part entière.

« Les projets permettent aux nouveaux de s'intégrer à la collectivité, précise le

cap. Mike McFadden, coordonnateur de la formation pratique au Nouveau-Brunswick. Les citoyens apprennent à les connaître, et eux, à comprendre leurs valeurs. On ne fait pas qu'exécuter la loi, on fait de la médiation, du travail communautaire, de la résolution de problèmes aussi. »

Cette année, près de 900 cadets fraîchement diplômés ont gagné des détachements partout au Canada pour entreprendre leur formation pratique.

Pour de vrai

La formation pratique est obligatoire pour tous les nouveaux membres. Une fois réussie la formation de base à la Div. Dépôt — l'École de la GRC —, le programme de formation pratique aide les nouveaux membres à appliquer leurs connaissances et leurs compétences en milieu opérationnel, avec les conseils d'un policier d'expérience.

« C'est la suite de la formation de base, l'application de ce qu'on apprend à l'École, indique le cap. McFadden. Les moniteurs de formation pratique font le pont entre la théorie et la pratique. »

La GRC a adopté le programme national de formation pratique en 1998. Si le programme est le même partout au pays, l'expérience de chacun diffère, selon l'endroit où il est affecté.

Au Nouveau-Brunswick, le cap. McFadden va à la rencontre de chaque nouveau affecté à sa division. Puisqu'ils se chiffrent à une quarantaine par année, ce n'est pas trop difficile pour lui de faire le suivi des moniteurs.

La Colombie-Britannique — qui accueille plus de 300 nouveaux chaque année — applique son programme différemment. La cap. Heather Kent gère une équipe de quatre superviseurs de formation pratique à plein temps qui veillent aux parcours des nouveaux.

« Ce programme pose les bases du leadership à la GRC, estime la cap. Kent. Il faut mettre le temps, l'énergie et les efforts pour donner aux nouveaux membres le meilleur départ possible, parce que c'est ici qu'est l'avenir de l'organisation. »

Dans la pratique

Le nouveau passe ses deux premiers mois de formation pratique à suivre son moniteur, pour apprendre en l'observant. Les deux ont les mêmes quarts au long du programme. À mesure que le nouveau membre gagne en confiance, il commence à aider là où il peut, sous l'œil vigilant de son moniteur.

Si le membre se montre compétent après les deux premiers mois, il commence à travailler avec plus d'autonomie et moins de supervision.

« J'ai été clair au début, nous n'étions que des collègues, déclare le gend. Peter-Paul. J'ai dit à Jason ce que j'attendais de lui, quelles sont mes valeurs et comment je fais mon travail. Mais quand j'ai vu sa soif d'apprendre, j'ai compris que nous pourrions être amis. »

Si le nouveau n'est pas à la hauteur après deux mois, il doit élaborer un plan d'apprentissage avec son moniteur et le coordonnateur divisionnaire de la formation pratique. On peut alors décider de prolonger la formation pratique au-delà des six mois prévus.

Pour les gend. Peter-Paul et Gauthier, le programme s'est déroulé sans anicroche — ils sont dorénavant partenaires dans Elsipogtog.

Quant à la chasse à l'orignal, elle a atteint ses buts, selon les gend. Gauthier et Peter-Paul et les résidants d'Elsipogtog. À la fin de l'expédition, le groupe s'est réuni autour d'un feu de camp, a fait cuire du gibier et a parlé des événements de la journée.

« J'aime enseigner, avoue le gend. Peter-Paul. Quand j'aime quelque chose, je communique ma passion aux autres, et c'est valorisant. »

Date de modification :