Vol. 79, Nº 4Dernière page

Une femme portant un chapeau pousse une tige de métal dans la fondation d'une bâtisse, en compagnie d'un enfant ougandais.

Ambassadeurs de police

Policiers unis pour bâtir un poste de police en Ouganda

La gend. Kirsten Link était parmi les policiers bénévoles qui se sont rendus en Ouganda au printemps pour aider à bâtir un poste de police à Ongutoi. Crédit : Don McLaughlin

Par

Un moment d'inspiration a mené la gend. Kirsten Link de la GRC à recueillir des fonds pour bâtir un poste de police en Ouganda plus tôt cette année.

« Je voulais en faire plus dans la vie, dit la gend. Link, du Groupe des crimes graves et du crime organisé à Newmarket (Ont.). J'ai toujours aimé faire du bénévolat au Canada et je cherchais une occasion de faire du travail humanitaire à l'étranger. »

Elle avait assisté à des activités de collecte de fonds effectuées par la Dre Linda Douville des Services de santé de la GRC et, en 2016, elle l'a contactée pour lui demander comment elle pouvait aider. Elle n'aurait jamais cru se retrouver en Ouganda un peu plus d'un an plus tard.

Un projet policier

Peu de temps après avoir communiqué avec la Dre Douville, elle a contacté Don McLaughlin, policier retraité du service de police de Toronto (SPT) qui dirige l'organisme de charité High Adventure. L'ex-policier a travaillé pour le SPT pendant 29 ans avant de prendre sa retraite en 2000 pour gérer l'organisme.

High Adventure recueille des dons pour divers projets communautaires en Afrique, de la construction de stations de diffusion aux projets humanitaires, comme la construction d'un centre de santé à Ongutoi (Ouganda).

Depuis son premier voyage en Ouganda, M. McLaughlin est très conscient du manque de ressources et de services pour la police locale. Il attendait des projets de police que son organisme pourrait entreprendre et le nouveau centre de santé a offert la première occasion.

Après la construction du centre, le gouvernement ougandais a affecté deux policiers pour protéger les installations contre le vandalisme et les vols, le centre renfermant des médicaments et de l'équipement coûteux. Mais les policiers n'avaient pas de poste de police où travailler.

« Deux éléments permettent de rebâtir une communauté là-bas – la santé et la police, dit-il. Je savais que pour assurer une stabilité à long terme, nous avions besoin d'un poste de police. »

Lorsque la gend. Link lui a dit qu'elle travaillait à la GRC et voulait faire du travail humanitaire, il avait le bon projet pour elle. Il lui a demandé de recueillir 15 000 $ pour bâtir un poste de police à Ongutoi pour les policiers qui protègent le centre de santé et la communauté.

« Au Canada, l'intérieur d'un poste de police est votre refuge, mais en Ouganda, vous êtes dans la brousse et il n'y a pas d'endroit sécuritaire, dit-il. Nous voulions leur en offrir un. »

Renforcer les capacités

Grâce à un tournoi de golf et à plusieurs dons généreux, elle a recueilli l'argent nécessaire pour le poste de police en quelques mois. Le temps de le dire, elle planifiait son voyage en Ouganda en compagnie de la Dre Douville, de M. McLaughlin et d'autres policiers actifs et retraités de la GRC, du SPT et de la police régionale de York.

Au printemps 2017, un groupe de 14 bénévoles s'est rendu à pied jusqu'à Ongutoi pour travailler au centre de santé et aider à construire le poste de police.

« C'est bien plus qu'un simple coup de marteau, dit la Dre Douville. Pour moi, il y a un lien avec les infirmières et les médecins – nous parlons le même langage. Les policiers avaient ce même sentiment de camaraderie, aidant à bâtir le poste de police et transmettant leurs connaissances et leurs compétences. »

Selon la Dre Douville et M. McLaughlin, la gend. Link a conféré crédibilité au projet, qui n'aurait pas été possible autrement.

« Tous étaient animés de la même vo-lonté, dit M. McLaughlin. Nous travaillons pour différents services, mais notre but est de servir et de protéger. Nous avons beaucoup de choses en commun. »

Le poste de police, qui comprend des bureaux, des cellules, des panneaux solaires et une source d'eau durable, est maintenant opérationnel. M. McLaughlin ajoute que le poste a aidé à créer une présence visible permanente de la police, un message à tous qu'ils sont en sécurité.

« Être policière m'est cher, donc faire quelque chose pour d'autres policiers est très enrichissant, dit la gend. Link, qui espère retourner en Ouganda un jour. Faciliter le travail des policiers ougandais en leur construisant un poste de police est merveilleux. On revient avec le sentiment d'avoir reçu plus qu'on a donné. »

Date de modification :