Anciens commissaires de la GRC

Lt. Col. W. Osborne SMITH

25 septembre 1873 à 17 octobre 1873

W. Osborne Smith sert comme officier de l'armée britannique dans la guerre de Crimée avant de venir au Canada pour joindre les rangs de la milice. Il devient ensuite le premier commissaire de la Police à cheval du Nord-Ouest (PCN-O) et, pendant ce mandat temporaire, assermente les premiers membres à Lower Fort Garry. Il établit ensuite le premier approvisionnement d'uniformes auprès des magasins de la milice, puis amorce la formation des membres.

George Arthur FRENCH

18 octobre 1873 à 21 juillet 1876

George Arthur French met sur pied l'école d'artillerie de la milice canadienne à Kingston en 1871; il demeure à la Royal Artillery jusqu'à sa nomination comme premier commissaire permanent de la PCN-O. Prenant appui sur les réalisations de son prédécesseur, le comm. French poursuit le recrutement et la formation des membres; ce faisant, il établit les normes supérieures de discipline et de moral qui imprégneront la Gendarmerie de son caractère militaire. Le comm. French dirigera également la Grande Marche vers l'Ouest en vue de faire régner l'ordre dans les territoires inexplorés de l'Ouest.

James Farquharson MACLEOD

22 juillet 1876 à 31 octobre 1880

James Macleod compte des antécédents militaires similaires à ceux de ses prédécesseurs; il poursuit sur leur lancée à sa nomination comme Commissaire. Il supervise notamment le déménagement du quartier général à Fort Macleod, adopte l'uniforme distinctif de la PCN-O et établit la structure des grades. On lui attribue également, plus qu'à tout autre, l'adoption de politiques pacifiques dans les relations de la PCN-O avec les Premières Nations.

Acheson Gosford IRVINE

1 novembre 1880 à 31 mars 1886

Acheson Irvine est le premier Canadien d'origine à prendre les commandes de la PCN-O. Après une carrière dans la milice, il entre à la PCN-O et grimpe rapidement les échelons, passant de surintendant à commissaire adjoint pour finalement être nommé Commissaire. À ce titre, il élargit les effectifs de 300 à 1000 hommes, rehausse l'âge des recrues, établit un quartier général permanent à Regina et y crée l'école de la GRC, qui est toujours en activité aujourd'hui.

Lawrence William HERCHMER

1 avril 1886 à 31 juillet 1900

Lawrence William Herchmer est nommé commissaire par Sir John A. Macdonald à l'issue d'une carrière comprenant notamment une formation militaire en Grande-Bretagne. Son mandat est caractérisé par l'expansion de la Police à cheval du Nord-Ouest au Yukon et la création de l'école d'équitation à Regina. En outre, le comm. Herchmer relève les normes de recrutement et lance un régime de patrouilles périodiques assorties de rapports exhaustifs afin d'obtenir un panorama des activités dans tous les secteurs de compétence de la PCN-O. Il améliore aussi les conditions de vie et les avantages des membres en lançant un régime de pension, en créant des économats divisionnaires ainsi que des salles de jeu et en organisant des sports durant les temps de loisir.

Aylesworth Bowen PERRY

1 août 1900 à 31 mars 1923

En qualité d'inspecteur à la PCN-O, A. B. Perry dirige un contingent détaché en Angleterre pour le jubilé de diamant de la reine Victoria en 1897, première affectation outre-mer de la Police montée. Sous son mandat, le comm. Perry organise les services secrets, institue des cours annuels, relève le taux de solde, révise les règlements relatifs au mariage, forme deux escadrons pour le combat durant la Première Guerre et approuve une révision de l'uniforme, notamment par l'adoption du Stetson. En outre, le Commissaire réorganise la Gendarmerie après sa fusion avec la Police du Dominion, qui se traduit par l'élargissement des services de police à l'ensemble du pays.

Cortlandt STARNES

1 avril 1923 à 31 juillet 1931

À l'issue d'une longue et vaste carrière, Cortland Starnes devient le septième Commissaire de la Gendarmerie, le premier de descendance canadienne-française. Sous son mandat, la Gendarmerie élargit l'éventail de ses fonctions, plus particulièrement en ce qui concerne l'exécution des lois fédérales, une mécanisation des activités avec l'avènement de la radio, du téléphone et de l'automobile, ainsi que le développement de services techniques comme la balistique, la police scientifique, la photographie et la dactyloscopie.

Sir James Howden MacBRIEN

1 août 1931 à 5 mars 1938

Sir James Howden MacBrien sert dans la Royale Gendarmerie à cheval du Nord-Ouest avant de joindre les rangs de l'armée pour participer à la guerre d'Afrique du Sud et à la Première Guerre mondiale. En tant que chef d'état-major général des Forces armées outre-mer du Canada, de 1919 à 1920, il joue un rôle déterminant dans la création du ministère de la Défense nationale et, en 1923, il devient le premier chef d'état-major de la Défense. Durant son mandat à la RGCN-O, Sir MacBrien double pratiquement les effectifs, établit la division de la marine, le Service de l'air, les services cynophiles, le premier laboratoire judiciaire et un musée de la Gendarmerie à Regina; il crée aussi la Médaille d'ancienneté et une réserve de membres formés à intervenir en cas d'urgence. Décédé en cours de mandat, le comm. MacBrien reçoit des obsèques avec tous les honneurs militaires.

Stuart Taylor WOOD

6 mars 1938 à 30 avril 1951

Durant son mandat pendant la Seconde Guerre mondiale, Stuart Taylor Wood contribue à établir la première compagnie de prévôté pour des affectations outre-mer et aborde des affaires d'espionnage. De plus, il inaugure des détachements dans le Nord, organise le premier orchestre de la GRC, crée une ferme d'élevage de chevaux à Fort Walsh, améliore les communications sans fil et instaure un programme de police préventive axée sur la jeunesse.

Leonard Hanson NICHOLSON

1 mai 1951 à 31 mars 1959

Leonard Hanson Nicholson est le premier Commissaire de la GRC originaire des Maritimes. Il entre dans l'organisation à 19 ans et sert au sein des polices provinciales du Nouveau‑Brunswick et de la Nouvelle‑Écosse avant d'être nommé Commissaire. Dans ce poste, sa principale réalisation est un vaste programme de construction visant à assurer des locaux adéquats pour les membres et employés de l'organisation à tous les niveaux, des détachements à la Direction générale. En outre, il réorganise l'administration de la Gendarmerie, rehausse les effectifs, les moyens de transport et les technologies de communication et ce, au nom de l'efficacité.

Charles Edward RIVETT-CARNAC

1 avril 1959 à 31 mars 1960

Charles Edward Rivett-Carnac compte une longue carrière diversifiée à l'intérieur et à l'extérieur de la GRC. Avant d'entrer dans celle-ci, il séjourne notamment en Inde, où il a gère un camp d'éléphants dans les contreforts de l'Himalaya. Durant son service à la GRC, il est affecté dans l'Arctique et dans l'Ouest; il assumera par la suite le poste d'officier responsable de la Division spéciale à Ottawa durant l'affaire Gouzenko. Il est également rédacteur de La Trimestrielle de la GRC avant de devenir Commissaire. Durant ce mandat, il apporte des révisions à la Loi sur la GRC et à la Loi sur la pension de retraite, qui prévoient désormais une pension d'invalidité pour les membres ayant subi des blessures dans l'exercice de leurs fonctions. Juste avant de terminer son mandat, il est élu vice-président d'Interpol.

Clifford Walter HARVISON

1 avril 1960 à 31 octobre 1963

Clifford Walter Harvison gravi rapidement les échelons de la Gendarmerie et ce faisant, il acquiert une vaste expérience des enquêtes criminelles. Il étudie aussi les méthodes policières en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Pakistan, en Inde, au Ghana, au Libéria et en Europe; il s'intéresse particulièrement aux systèmes de collecte de renseignements. À sa nomination en tant que Commissaire, Harvison reconnaît que le Canada est devenu une cible de choix pour le crime organisé, ce qui le pousse à établir des groupes de renseignements criminels partout au pays. Il comprend aussi compris la nécessité de la collaboration policière à l'échelle nationale et internationale; c'est pourquoi il représente la GRC dans plusieurs organismes, dont Interpol et l'Association internationale des chefs de police.

George Brinton McCLELLAN

1 novembre 1963 à 14 août 1967

George Brinton McClellan assume le mandat de Commissaire durant une période difficile, soit l'année du Centenaire et d'Expo 67. Pour réprimer la vague croissante du crime organisé, des fraudes commerciales et de la consommation de drogues, le comm. McClellan préside deux conférences fédérales-provinciales qui se soldent par l'élargissement des Services nationaux de police et du Collège canadien de police. Il abolit par ailleurs l'entraînement équestre pour l'ensemble des recrues, retirant ainsi les chevaux comme élément des effectifs de la Gendarmerie, mais maintient cette partie de l'entraînement pour le Carrousel. Quoique controversée, cette décision renforce la tendance au modernisme qui prévaut désormais à la Gendarmerie.

Malcolm Francis Aylesworth LINDSAY

15 août 1967 à 30 septembre 1969

À ses débuts à la GRC, Malcom Lindsay fait partie d'un des premiers groupes d'étudiants de l'université à être parrainés par la GRC. En tant que Commissaire, il préconise le bilinguisme à la Gendarmerie, remplace les chiens de traîneau par des motoneiges, mettant ainsi fin à l'ère des patrouilles canines, et instaure des cours à l'intention des Autochtones pour leur permettre d'assumer des tâches policières sous la supervision de membres et partager ainsi la responsabilité du maintien de l'ordre dans leur communauté.

William Leonard HIGGITT

1 octobre 1969 à 28 décembre 1973

William Higgit entre à la GRC à 20 ans; il se spécialise dans le renseignement et les fonctions de sécurité. Durant son mandat de Commissaire, la reine Elizabeth II présente le guidon à la Gendarmerie, l'organisation obtient son tout premier système de dossiers vidéos pour l'archivage et la récupération des dactylogrammes, elle met sur pied la police aéroportuaire, inaugure le Centre d'information de la police canadienne (CIPC) doté de services informatiques nationaux et autorise la création du Centre canadien de données sur les bombes. Le comm. Higgitt dirige aussi les opérations durant la crise du FLQ en 1970 au Québec; il est responsable de l'organisation de nombreux événements dans le cadre des célébrations du centenaire de la GRC en 1973.

Maurice Jean NADON

1 janvier 1974 à 31 août 1977
(Commissaire intérimaire 29 décembre 1973 à 31 décembre 1973)

Maurice Nadon est nommé Commissaire le 1er janvier 1974. Durant son mandat, la Gendarmerie fait l'objet de vives critiques dans les médias pour la façon dont elle aurait ciblé les politiciens et exercé l'application abusive des dispositions de la Loi sur les mesures de guerre durant la crise du FLQ au Québec. Par ailleurs, le comm. Nadon intensifie la lutte au crime organisé, ouvre l'organisation aux femmes et au personnel marié, dirige les opérations durant les Olympiques de 1976 à Montréal et adopte les principes de la police préventive.

Robert Henry SIMMONDS

1 septembre 1977 à 31 août 1987

Durant le mandat du comm. Simmonds, la commission McDonald dépose un rapport qui recommande l'établissement d'un service de renseignement de sécurité civil indépendant de la GRC. En 1984, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) voit donc le jour, tandis que le Service de sécurité de la GRC est officiellement aboli. Une fois à la retraite, Robert Simmonds participe aux négociations de paix entre les tribus en état de guerre en Afrique du Sud et devient par la suite l'officier supérieur responsable du Fonds des Nations Unies pour la lutte contre l'abus des drogues (FNULAD) à Vienne.

Norman David INKSTER

1 septembre 1987 à 24 juin 1994

Norman Inkster entre à la GRC en 1957; il assume un premier poste à Regina, suivi de diverses affectations un peu partout au pays. Sous son mandat, il aborde le débat de la syndicalisation, établit le comité externe d'examen chargé de traiter les plaintes du public, élargit les fonctions internationales pour inclure le maintien de la paix et adopte la police communautaire comme modèle de prestation de services. Mais on lui attribue par-dessus tout le désir de modifier le visage de la Gendarmerie en faisant la promotion de la GRC comme possibilité de carrière pour tous les Canadiens, peu importe leur race, leur sexe ou leurs origines ethniques; à cet égard, il favorise l'établissement de comités consultatifs dans les collectivités et permet aux membres d'être exemptés de porter tout élément de l'uniforme qui contrevient à leurs convictions religieuses. Le 2 juin 1991, le comm. Inkster se voit présenter une enseigne de corps par le Gouverneur général, une première dans l'histoire de l'organisation.

Joseph Philip Robert MURRAY

25 juin 1994 à 31 août 2000

À l'issue de la formation de recrue, Philip Murray demeure en Saskatchewan pour poursuivre ses études à l'Université de Regina, où il décroche la bourse d'excellence générale en 1975 et en 1976; il obtient le baccalauréat en administration en 1977. Durant son mandat, le comm. Murray instaure des réunions générales pour améliorer la communication à l'interne et met sur pied le programme de parrainage par des entreprises. En 1997, il met fin au mandat de la sécurité aéroportuaire, reléguant celui-ci aux services de police locaux et aux services de sécurité privés. Il adopte aussi le mode alternatif de résolution des conflits et élabore l'énoncé de la mission, de la vision et des valeurs ainsi que du leadership partagé, qui continuent de donner l'orientation de l'organisation aujourd'hui.

Giuliano (Zack) ZACCARDELLI

1 septembre 2000 à 15 décembre 2006

Né à Prezzo (Italie), Giuliano Zaccardelli émigre au Canada avec sa famille à l'âge de sept ans pour s'établir à Montréal. C'est là qu'il joint les rangs de la GRC en 1970. Dans la foulée de la tragédie du 11 septembre 2001, le comm. Zaccardelli doit relever le défi d'assurer la sécurité du pays devant une menace sans précédent et de promouvoir la compréhension entre tous les citoyens issus d'origines diverses. Fort de ses talents de communicateur, il est une autorité et un conférencier réputé en matière de police intégrée, de crime organisé, de mondialisation et divers enjeux connexes.

Beverley BUSSON

16 décembre 2006 à 16 juillet 2007

Beverley Busson fait ses débuts à la GRC en 1974, au sein de la première troupe féminine. Elle assume divers poste de première ligne, notamment aux services généraux, aux enquêtes sur les fraudes, à la police des drogues et aux enquêtes sur des crimes graves. En 1999, elle quitte la GRC pour diriger l'Organized Crime Agency de la Colombie-Britannique, pour réintégrer la GRC à titre de commandante de la province. Elle est promue sous-commissaire à la Région du Pacifique en 2001, tout en maintenant ses fonctions de commandante divisionnaire. Première femme à diriger l'organisation, elle compte de nombreuses distinctions pour son service à la GRC.

William J.S. ELLIOTT

16 juillet 2007 jusqu' à 20 novembre 2011

En juillet 2007, William Elliott, un avocat d'expérience et un cadre ayant progressivement gravi les échelons de la fonction publique du Canada, est devenu le premier civil à être nommé commissaire de la GRC. Il avait auparavant agi à titre de conseiller à la sécurité nationale auprès du premier ministre et exercé les fonctions de sous-ministre délégué de la Sécurité publique et de sous-commissaire de la Garde côtière canadienne. Le commissaire Elliott a dirigé une initiative visant à réaliser la vision du changement de la GRC, soit d'être une organisation capable de s'adapter, responsable et digne de confiance constituée d'employés pleinement motivés à exercer un leadership et à fournir des services de police de premier ordre.

Date de modification :