Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

L’École de la GRC accueille des aspirantes policières depuis 1975

Depuis les tous débuts de la Gendarmerie, les femmes ont apporté des contributions essentielles à son histoire et à son succès. Dès 1890, les femmes agissaient en tant que surveillantes et gardiennes des prisonnières. Au début des années 1920, elles sont également techniciennes de laboratoire. Dans les régions éloignées, les épouses des premiers policiers de la GRC assumaient aussi souvent les responsabilités au détachement pendant que leurs maris travaillaient.

Le 23 mai 1974, une autre carrière s’ouvrait aux femmes : le commissaire M. J. Nadon annonçait que les femmes pouvaient désormais soumettre leur candidature à la GRC pour devenir policières. Moins d’un an plus tard, soit le 3 mars 1975, la première troupe toute féminine de la Gendarmerie royale du Canada était promue à la Division Dépôt.

Le défilé de la troupe 17, la première troupe toute féminine de la Gendarmerie royale du Canada promue à la Division Dépôt en 1975.
Le défilé de la troupe 17, la première troupe toute féminine de la Gendarmerie royale du Canada promue à la Division Dépôt en 1975.

Aujourd’hui, l’École de la GRC, Division Dépôt, est fière de compter des femmes dans toutes ses troupes promues et de les voir partir pour des carrières stimulantes et passionnantes à la GRC. Nous avons demandé à quatre femmes gendarmes comptant toutes sept ans de service de revenir sur la formation qui a tout changé.

La gendarme Cheryl Penny est originaire de l’Île-du-Prince-Édouard et enquêtrice à la Section des enquêtes générales du détachement de St. Albert en Alberta. Elle raconte que si elle pouvait parler à la cadette qu’elle était il y a sept ans, elle dirait : « Ces six mois de formation seront l’une des meilleures expériences de ta vie. Les jours paraissent longs, mais les semaines passent tellement rapidement, alors profite du moment. »
La gendarme Joanie Sidhu de la Colombie-Britannique est aussi enquêtrice à la Section des enquêtes générales en plus d'agir à titre de chef de groupe lors de maintes formations au détachement de Mission en Colombie-Britannique. Elle abonde dans le même sens : « [La formation à la Division Dépôt] n’est qu’une petite partie de ta carrière, mais ô combien exceptionnelle. »

La gendarme Miranda Carr est originaire du Nouveau-Brunswick et affectée au Groupe des crimes graves et majeurs à Winnipeg. Lorsqu'elle pense aux sept années qui se sont écoulées depuis sa promotion de l'École, elle explique avoir déjà appris beaucoup de sa carrière : « Je me suis rendu compte que ce qui me passionne le plus, c’est de me battre pour ceux qui ne peuvent se battre ou exprimer leurs préoccupations. Chaque jour amène son lot de nouvelles expériences, de nouveaux défis et de changements. Je n’ai pas vécu deux jours pareils dans mon travail. »

Les femmes de l’École de la GRC, 41 ans plus tard, se préparant à effectuer le même défilé, à l’occasion de la Journée internationale des femmes.
Les femmes de l’École de la GRC, 41 ans plus tard, se préparant à effectuer le même défilé, à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

La gendarme Tina Acreman de la Colombie-Britannique est aujourd’hui de retour à Regina où elle a accepté un poste d’agente de renseignements criminels au sein du Groupe intégré du renseignement. Si elle avait un conseil à transmettre à quiconque, et plus particulièrement aux filles et aux femmes, qui envisagent se rendre à l’École de la GRC pour une carrière à la GRC, ce serait : « écoutez votre cœur et faites ce qu’il vous dit. Si vous voulez faire quelque chose, faites-le. Les possibilités à la GRC sont infinies. Votre seul obstacle, c’est vous-même. »

Ces quatre femmes font partie des 4000 policières, toutes promues à l’École de la GRC, qui contribuent à faire aujourd’hui de la GRC une organisation de classe mondiale et à assurer la sécurité des Canadiens.

En cette Journée internationale des femmes, la Division Dépôt tient à remercier toutes les femmes de la GRC pour leur courage, leur détermination et leur dévouement. Nous nous réjouissons à l’idée d’accueillir encore plusieurs d’entre vous.