Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Cyberintimidation : intimidation 2.0

Cyberintimidation : intimidation 2.0

Dans le passé, l’intimidation, c’était :

  • rentrer quelqu’un dans un casier
  • voler de l’argent
  • répandre des rumeurs
    • « J’ai entendu que Jenna….. »
    • « Ah Oui!? »
  • juger l’apparence des autres
  • insulter,
  • tabasser,
  • ou frapper quelqu’un;
  • donner des coups de poing,
  • des coups de pied,
  • des tapes

De nos jours, l’intimidation, c’est aussi :

  • l’envoi de courriels haineux;
  • l’envoi de messages textes menaçants;
    • « té mieux de ne jamais reparler à mon chum »
    • « Euuh…désolé »
  • la distribution de photos ou de vidéos gênantes;
  • la création de faux profils;
    • « Charles Brun »
  • la rédaction de messages insultants;
    • « tu te penses tellement belle et cool, mais tu ne l’es pas »
  • la création de relations fictives;
  • la diffusion de sites Web discriminatoires.
    • « bavardagesdesstart.ca; Présente : Qui le porte le plus pire? »

Et pire encore, la cyberintimidation peut :

  • être anonyme;
  • rapidement prendre de l’ampleur;
  • suivre une personne partout.

En 2009/2010, environ un tiers des jeunes âgés de 11 à 15 ans, ont été victimes d’intimidation au mois une fois au cours du dernier mois.

La cyberintimidation ne forme pas le caractère.

Il ne s’agit pas juste d’une mauvaise passe.

Les victimes de cyberintimidation étaient deux fois plus susceptibles d’avoir fait une tentative de suicide que les jeunes n’en ayant pas été victimes.

Et, on dit que ça fait partie de la jeunesse.

Environ 32 % des filles âgées de 15 ans et 44 % des garçons âgés de 15 ans ont dit avoir intimidé d’autres jeunes au moins une fois dans les derniers mois

Fais-tu partie de ce nombre? Est-ce qu’il s’agissait seulement d’une plaisanterie?

Changer les choses dès aujourd’hui, c’est possible.

Ça commence par les jeunes.

Si tu as été victime de cyberintimidation (ou si tu connais une personne qui l’a été), il y a des solutions.

Tu peux :

  • imprimer et garder des preuves de la cyberintimidation;
  • quitter la conversation;
  • bloquer la personne ou la supprimer de tes contacts;
  • régler tes paramètres de confidentialité;
  • signaler l’incident au propriétaire du site Web,au fournisseur de service, à la police;
  • parler à quelqu’un : un adulte, un ami, l’administration scolaire

Reconnais-la. Signale-la. Élimine-la de ton école et de ta communauté.

Pour plus de renseignements, veuillez visiter  le Centre de prévention du crime chez les jeunes

Ça commence par les jeunes

© (2013) SA MAJESTÉ LA REINE DU CHEF DU CANADA représentée par la Gendarmerie royale du Canada.

La Gendarmerie Royale du Canada

Canada

  • Une version du vidéo en meilleure résolution est disponible sur le canal YouTube de la GRC.

Les sources:

  • Source: Social determinants of health and well-being among young people – Report from 2009/2010 Health-Behaviour in School-Aged Children (HSBC) study.
  • Source: Suzanne McLeod, (Centre for Suicide Prevention). Standing Senate Committee on Human Rights Report - Cyberbullying Hurts: Respect for Rights in the Digital Age.
  • Source: Social determinants of health and well-being among young people – Report from 2009/2010 Health-Behaviour in School-Aged Children (HSBC) study.